La médiation relationnelle, rencontres de dialogue et justice réparatrice

Publié le 22/07/2020 - mis à jour le 28/07/2020 à 15H32

La justice réparatrice s’est imposée comme le nouvel espoir de la justice : la médiation relationnelle a été créée au Québec, au début des années 2000, puis diffusée dans le monde. Cette approche met au centre de ses priorités la sécurité des participants. Si elle permet le dialogue victime-infracteur, elle donne accès à d’autres formes de réparation. Elle met en avant trois postulats : il existe un moyen de réparer les conséquences des crimes les plus graves ; la médiation relationnelle privilégie l’écoute attentive individuelle ; cette méthode est complémentaire aux interventions en justice pénale, en réhabilitation et en soutien clinique. Elle n’a pas vocation à lutter contre les institutions. Elle est toutefois assez performante pour être utilisée comme une alternative, pour ceux et celles pour qui l’accès à la justice pénale n’est pas possible.

À lire également

Référence : LPA 22 Juil. 2020, n° 155n4, p.3

Plan