#Fillthebottle, la chasse aux mégots de cigarettes s’intensifie

Publié le 16/08/2019 - mis à jour le 16/08/2019 à 15H00

Fin juillet, des internautes ont lancé le nouveau défi écolo #Fillthebottle sur les réseaux sociaux. Il incite à ramasser les mégots jetés par terre et à poster les photos de leurs bouteilles remplies de ces déchets. En France, ils sont nombreux à répondre à l’appel tandis que le projet de loi sur l’économie circulaire souhaite appliquer le principe du « pollueur payeur » aux fabricants.

D’après les statistiques, il serait jeté plus de 30 milliards de mégots au sol chaque année, en France. Contenant des composés chimiques, un seul mégot peut mettre jusqu’à 15 ans pour se dégrader dans la nature et peut contaminer 500 litres d’eau à lui seul. Afin d’alerter sur ce fléau et de sensibiliser les fumeurs, des étudiants ont donc lancé le défi « Fill the Bottle », ou « remplir la bouteille » en français. En vacances ou près de chez eux, les participants ont pu se rendre compte qu’il leur fallait quelques minutes seulement pour remplir une bouteille de mégots, trouvés par terre. Des opérations de nettoyage, rassemblant plusieurs volontaires, ont aussi été organisées partout sur le territoire. Le 8 août, Amel Talha, l’étudiante à l’origine du hashtag, a organisé un ramassage sur le Champ de Mars. En une heure, les participants ont récolté plus de 10 000 mégots.

Actuellement, il existe une amende forfaitaire de 68 euros pour l’abandon d’un mégot sur la voie publique. De son côté, le gouvernement souhaite que les cigarettiers s’attellent au traitement des déchets qu’ils produisent, jusqu’ici pris en charge par les services de nettoyage des collectivités. Le 10 juillet dernier, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson a présenté son projet de loi sur l’économie circulaire au Conseil des ministres. Elle souhaite notamment appliquer le principe de la REP (responsabilité élargie du producteur) pour la gestion de la fin de vie des produits mis sur le marché et ouvre une filière spéciale pour les mégots de cigarette. De plus, les industriels devront participer au financement d’un éco-organisme dont le rôle sera de sensibiliser les fumeurs et trouver des solutions de collecte et de recyclage. Des entreprises novatrices proposent déjà le recyclage de mégots mais le coût est élevé à cause de tous les composants chimiques qui le constituent. La lutte continue donc contre l’un des déchets les plus mortels dans les océans.

À lire également

Plan