La responsabilité civile sur les marchés financiers

Publié le 12/08/2019

L’objectif de cette recherche a consisté à déterminer si le particularisme des marchés financiers nécessite un aménagement de la responsabilité civile. C’est sur le marché boursier proprement dit et pour des faits générateurs spécifiques – l’information publique défectueuse et les abus de marché – que le problème se pose dans toute son acuité, dès lors que ces faits générateurs portent atteinte au marché lui-même et peuvent donc léser l’ensemble des investisseurs. La logique multilatérale des marchés boursiers s’oppose alors frontalement à celle, individuelle, de la responsabilité civile, qui en ressort profondément affectée. 

Le préjudice est diffus, incertain et délicat à évaluer, et la responsabilité civile est soumise à un dilemme : faut-il réparer un préjudice classique d’altération de la décision ou bien un préjudice, plus spécifique, d’altération du marché ? Pour répondre à la question posée, il faut avoir recours au droit comparé. 

De lege lata, c’est dans tous les États l’information publique défectueuse qui suscite l’essentiel de l’intérêt : elle fait l’objet d’aménagements variés autour de la réparation d’une altération de la décision ou du cours, soit par le juge (États-Unis, France), soit par le législateur (Allemagne, Royaume-Uni).

De lege ferenda, nous avons opéré un choix de politique juridique restrictif consistant à n’indemniser que les investisseurs s’étant fondés sur l’information, et ce tant pour l’information publique défectueuse que pour l’intervention frauduleuse sur le marché (manipulation de cours et opération d’initié).

Cette conception restrictive ne nécessite aucun aménagement de la responsabilité civile délictuelle, de sorte que le droit commun doit continuer de s’y appliquer. Le particularisme du marché boursier est finalement trop important pour espérer que la responsabilité civile, même au prix d’un aménagement, puisse y jouer un véritable rôle. Il faut accepter qu’elle n’ait en la matière qu’une place résiduelle et qu’il revienne plutôt aux responsabilités pénale et administrative de jouer pleinement leur rôle afin de dissuader et d’éviter la survenance de préjudices au détriment des investisseurs.

Cet ouvrage a eu le prix de thèse de l’université Panthéon-Assas (Paris 2) 2017, le prix solennel André Isoré de la Chancellerie des universités de Paris 2017, le prix de thèse du Cercle France-Amériques 2017 et le premier prix de thèse AEDBF-France 2018.

À lire également

Référence : LPA 12 Août. 2019, n° 147h3, p.3

Plan