Mineurs et sexualité : des lois en débat

Publié le 31/12/2020

Peut-on tenter de comprendre où nous en sommes avec la loi pénale s’agissant des mineurs et de la sexualité ? Consentement, contrainte, emprise : où en est le droit avec ces notions ? Où en sommes-nous de la répression de la pédophilie mais aussi de la loi sur les rapports au sexe des mineurs entre eux et sur leur accès à la pornographie ?

Le rapport des mineurs à la sexualité soulève toujours autant de passions et de craintes dans l’opinion publique, alors que son encadrement par le droit est peu ou mal connu.

Des années 60 à la décennie 90, la loi pénale enregistra, lentement, les effets d’un mouvement d’émancipation qui consacra le reflux de morales sexuelles traditionnelles. Des interdits entravant l’accès à une sexualité libre furent un à un mis en cause. Ce mouvement a conduit à infléchir, mais sans les bouleverser, les lois pénales encadrant la sexualité des mineurs.

Depuis lors, un profond basculement s’est opéré, d’une émancipation tempérée vers une protection toujours renforcée des mineurs. Malgré d’incessantes réformes la loi pénale est par certains jugée insatisfaisante. Il lui est reproché de ne pas assez protéger les personnes, et notamment les mineurs, de toutes les formes de violences, de contrainte et d’emprise.

Ce livre expose simplement, avec rigueur, clarté et sans passion, les termes d’un débat qui mérite mieux que des anathèmes. Ne serait-ce que par respect pour les victimes d’hier, d’aujourd’hui ou de demain.

À lire également

Référence : LPA 31 Déc. 2020, n° 158p9, p.2

Plan
X