Bienvenue à Acacia Pines

Publié le 16/04/2020 - mis à jour le 17/04/2020 à 11H54

Sonatine éditions

Pour beaucoup, ce que nous vivons depuis le 16 mars dernier, ce confinement forcé pour lutter contre un ennemi invisible, cette guerre bactériologique pourrait-on dire, s’apparente à leur pire cauchemar. Paul Cleave a, quant à lui, une toute autre définition du cauchemar…

Paul Cleave est ce romancier néozélandais qui a déjà à son actif 6 romans publiés chez Sonatine éditions. Il a notamment écrit Un employé modèle et Ne fais confiance à personne, qui ont marqué un véritable renouvellement du polar. Ces romans sont de vrais page turner, qu’il est très difficile de lâcher… Cauchemar n’échappe pas à la règle.

Paul Cleave raconte avoir eu l’idée de ce scénario en discutant avec un autre romancier, qui lui a posé la question suivante : que faudrait-il pour qu’un homme ayant quitté sa ville natale et jurant de ne jamais y remettre les pieds, rompe cette promesse ?

Partant de ce postulat, le romancier a élaboré une théorie, mais l’histoire de Cauchemar est encore bien plus diabolique que cela.

Noah est flic dans une petite ville des États-Unis, Acacia Pines. Il outrepasse ses droits et ses devoirs le jour où, Alyssa Stone, 7 ans, disparaît. Détenant le principal suspect, il n’hésite pas à le torturer pour découvrir où se cache la fillette. Retrouvée saine et sauve, il n’est pas poursuivi à la condition qu’il quitte à tout jamais cette ville.

Une nouvelle vie peut alors commencer.

Mais si la foudre ne frappe pas deux fois au même endroit, est-il possible que 12 ans plus tard, Alyssa soit encore portée disparue…

Ni une ni deux, Noah, qui lui avait fait la promesse de ne jamais l’abandonner, trouve un prétexte facile pour revenir sur les traces de son passé et retrouver ses amis et ses ennemis qui, eux non plus, ne l’ont pas oublié.

C’est dans cette ambiance de petite ville américaine, où la chaleur et la torpeur accablent les citoyens, que l’enquête de Noah débute.

Une ambiance à la Twin Peaks règne dans ce roman. Paul Cleave nous décrit un village entouré d’une forêt, surnommée le « Trou vert », et si les personnages sont charmants, tous cachent de lourds secrets…

Nous n’en dirons pas plus, mais sachez que pour une première incartade sur le territoire américain, Paul Cleave réussit haut la main à donner vie à ces personnages et à cette ville, lui dont tous les romans se passaient jusqu’à présent dans la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande, a trouvé un nouveau territoire à explorer.

L’histoire est menée tambour battant dans la chaleur et la fureur… La violence et la haine imprègnent ce récit. Notre héros n’est pas un surhomme, mais acculé et mis en défaut, ses vieux réflexes de flic l’aideront à sortir de bien des pièges…

Un roman à lire pendant ou après ce confinement, pour se dire que le cauchemar n’est pas forcément celui qu’on croit…

À lire également

Référence : LPA 16 Avr. 2020, n° 153e5, p.12

Plan