Café Citron par Jacquemus et Kaspia

Publié le 26/04/2019

Le citron selon Cédric Grolet.

DR

L’ouverture jusqu’à minuit d’un nouveau Galeries Lafayette, en plein Champs-Élysées, a fait couler beaucoup d’encre et celle du Café Citron – alias Jacquemus et Caviar Kaspia – deux noms symboles d’un certain luxe, est un challenge osé !

À midi, nous avons constaté que le pari était gagné, tant cette adresse solaire vous transporte en Méditerranée ; le soir, les Parisiens non habitués à se balader après le bureau ou à faire du shopping sont encore un peu frileux et ne se pressent pas trop.

Ce sont donc les touristes étrangers qui occupent les tables, sous le grand escalier de verre, entre citronniers et jarres en céramique.

Qui donc a pensé à cet air d’insouciance et de vacances qui flotte au milieu de cette cacophonie que sont aujourd’hui les Champs-Élysées, la plus belle avenue du monde ?

Le créateur Simon Porte Jacquemus se lance dans la restauration et a choisi pour ce lieu toute la décoration du mobilier à la tenue décontractée du personnel de service.

Et sous ce soleil du Sud, quel type d’assiette ? Une restauration rapide de plats déjà préparés qui respirent la fraîcheur, tout comme dans un café de village à l’ombre des platanes…

La salade de saumon fumé.

DR

Place à des assiettes à partager : chèvre de Banon au miel et thym, tapenades et poivrons, pain frotté d’ail et poivrons confits, tarama, sardines et thon à l’huile d’olive (de 6 à 18 €).

Quelques excellentes spécialités autour de la panification, avec focaccia et pissaladière pour une assiette chaude.

Les plats froids sont des salades de saumon fumé, des tartines iodées ou légumières (de 10 à 22 €).

Normal que les poissons fumés et le caviar soient à l’honneur : la carte est composée par le groupe Caviar Kaspia, avec du baeri à consommer (28 € les 10 g).

Terminez votre rapide repas en apothéose avec le citron en trompe-l’œil de Cédric Grolet, « l’as de l’Hôtel Meurice version pâtisserie ».

Il s’agit de la reconstitution en dessert d’un citron avec un fruit plus vrai que nature, en trois textures différentes révélant toute la saveur de l’agrume.

Une merveille toute en subtilité et douce amertume. La tarte citron-romarin de Stohrer, le pâtissier du roi Louis XV, se défend bien aussi.

Et pour les plus réticents à cet agrume, rassurez-vous, l’endroit propose d’autres desserts !

Un petit verre de Sancerre du Val de Loire à 11 € accompagne aisément cette balade estivale qui donne du baume au cœur et le sourire aux lèvres…

LPA 26 Avr. 2019, n° 144e1, p.21

Référence : LPA 26 Avr. 2019, n° 144e1, p.21

Plan
X