Céline sans rien dans un ballet

Publié le 17/01/2024

Cette réunion de 40 planches présentant des projets de costumes pour les personnages du ballet La Naissance d’une fée de Céline, dessinés par Éliane Bonabel, est estimée 4 000/5 000 €

Tessier & Sarrou

Une image incongrue vient à l’esprit en songeant à Louis-Ferdinand Céline baguenaudant dans un paysage féérique. Et pourtant, dans Bagatelles pour un massacre, dont un exemplaire broché de l’édition originale (Denoël,1937), un des 33 sur Hollande van Gelder, adjugé 2 750 € à Drouot par la maison Ader, le 16 novembre 2023, on découvre trois ballets : le dernier, Van Bagaden – Grand Ballet Mime et quelques paroles clôt ce pamphlet antisémite, précédé par Voyou Paul. Brave Virginie. Le premier des ballets, La Naissance d’une fée, est le plus connu. Ces trois textes ont été republiés par Gallimard en 1959 dans Ballets sans musique, sans personne, sans rien, une nouvelle édition qui évitait à Céline la réédition de Bagatelles pour un massacre. Un exemplaire de l’épreuve originale de ces Ballets orné de 13 illustrations d’Éliane Bonabel a été vendu 1 200 €, à Drouot, il y a dix ans par la maison Magnin Wedry, une édition sur papier vélin blanc enrichi d’un ex-dono autographe de Louis-Ferdinand Céline sur la garde : « Meudon À Duverger L. Ferdinand ». Le photographe Pierre Duverger avait en effet laissé plusieurs portraits de Céline et des souvenirs. On y a joint une lettre à Duverger signée Destouches (de la main de Lucette Almanzor, l’épouse de Céline). « Toutes ces photos sont admirables. Je ne veux m’en dessaisir avant d’avoir quelques copies ! ». Selon l’expert Christian Galantaris, l’adresse sur l’enveloppe semble avoir été écrite par Céline lui-même.

Les célinomaniaques sont ravis. 40 planches in-folio (26 x 36 cm), présentant des projets de costumes pour les personnages principaux du ballet en huit tableaux La Naissance d’une fée, datées de 1936, par Éliane Bonabel, ornent le catalogue de ventes de livres du 25 janvier 2024 de la maison Tessier Sarrou, assistée par Éric Foss, lui-même assisté par Alix de Heaulme. Cet ensemble présenté en vrac est estimé 4 000/ 5 000 €. Éliane Bonabel (1920-2000) avait rencontré le Dr. Destouches qui soignait sa mère ; c’est ainsi qu’il lui demanda d’illustrer ses Ballets. Éliane Bonabel est davantage connue comme étalagiste et comme ambassadrice de la mode française.

Céline dans un ballet ! On n’imagine naturellement pas qu’il puisse danser autrement qu’avec des mots. L’origine de cette nouvelle inspiration trouve sans doute son origine dans sa liaison avec la danseuse, Lucette Almansor, sa future femme. Ce ballet, écrit entre 1935 et 1937, est le plus long des trois. Céline y mêle le divin et la féerie, déjà présents dans La légende du roi Krogold, insérée dans Mort à crédit quelques mois auparavant. Un exemplaire de l’édition originale (Paris, Denoël et Steele, 1936), broché sous chemise et étui cartonnés modernes, a été vendu 812 €, le 16 novembre 2023 par la maison Ader. Les célinophiles retrouvent dans cette « féérie » l’une des obsessions de leur auteur fétiche : le voyeurisme et la danse. Toujours est-il qu’aucun de ces ballets ne fut monté sur scène.

Plan
X