Voyage en Grèce

Cités en Argolide (X)

Publié le 19/08/2016

Quoi qu’on en dise, la Grèce est notre mère. Les lieux, les pierres et les monuments sont comme un rappel de notre civilisation. René Puaux (1878-1937) publia un Nouveau guide de la Grèce en 1937 à la Société française d’éditions littéraires et techniques. « L’intérêt de ce livre m’est apparu, un soir d’été, au cours d’une promenade sur l’esplanade du Phalère », disait-il. Il n’avait trouvé dans aucun guide les récits des traditions légendaires du Phalère et son histoire. Il résolut de « rédiger un guide de tout autre ordre, celui du Touriste-Poète », qui ne manque pas d’ironie. Nous sommes toujours en Argolide.  Cette région correspond à une péninsule, bordée au nord par le golfe Saronique et au sud par le golfe Argolique, elle-même située dans la péninsule du Péloponnèse. BGF

DR

« Les deux fils de Pélops, Atrée l’aîné et Thyeste le cadet, se détestent. Thyeste dérobe le bélier à toison d’or, fétiche de l’empire, et détourne de ses devoirs sa belle-sœur Érope, fille d’Eurysthée, qui l’a aidé à voler le bélier. Atrée fait égorger les enfants adultères de son frère et les lui sert à un prétendu repas de réconciliation. Thyeste doit être à son tour poignardé dans sa prison quand il reconnaît, dans le messager de mort, Égisthe, un fils incestueux que lui a donné sa fille Pélopée, prise pour une bergère au cours d’une promenade dans les bois. Égisthe épargne son père, qui est en même temps son grand-père, et met à mort Atrée. Thyeste monte sur le trône. Il marie son fils Tantale à Clytemnestre, fille du roi de Sparte, Tyndare, et exile à Sparte son neveu Agamemnon. Ce dernier fait alliance avec Tyndare, chasse Thyeste du trône, transperce Tantale de son épée et le remplace dans la couche de Clytemnestre qui lui donne trois filles : Iphigénie, Électre, Chrysothémis, et un fils : Oreste. De la plus jeune des filles, nous savons seulement qu’elle était habile à dissimuler ses sentiments. Il sera question plus loin des trois autres enfants. Agamemnon, généralissime de l’armée grecque, part pour le siège de Troie, sacrifie en route sa fille Iphigénie pour mettre du vent dans les voiles de la flotte immobilisée en Aulide (Artémis substitua une génisse à la jeune fille) et trompe Clytemnestre avec Cassandre, fille de Priam, sa prisonnière. Cet adultère coïncidait d’ailleurs avec celui de la reine demeurée à Mycènes qui ne demeure pas insensible aux avances d’Égisthe, à la fois son beau-frère, son neveu, le demi-frère du premier mari assassiné par le second et le fils incestueux de son beau-père.

De toute évidence, Égisthe ne se préoccupe pas de ces complications familiales et songe uniquement à s’emparer du trône pendant l’absence de son titulaire. Il essaye de se débarrasser d’Oreste, héritier présomptif, et marie de force Électre à un brave Mycénien qui respecte la princesse.

Malgré les avis jamais écoutés de Cassandre, Agamemnon revient à Mycènes, où Égisthe et Clytemnestre le font égorger ainsi que Cassandre, leurs jumeaux et le cocher Eurymedon, parfaitement étranger à ce drame de famille.

Oreste, que sa sœur Électre avait caché, en faisant courir le bruit de sa mort, tue de sa main, dans le temple d’Apollon, Clytemnestre et Égisthe. Après son expiation, il monte sur le trône, unit sa sœur Électre à son ami Pylade, après avoir délivré Iphigénie captive en Tauride, fait massacrer Pyrrhus par les Delphiens et libère sa nièce Hermione qu’il épouse et avec laquelle il peut enfin vivre paisiblement jusqu’à l’âge de 90 ans, ayant joint à sa couronne celle de son oncle et beau-père Ménélas, roi de Sparte. Il meurt d’une morsure de serpent au cours d’une excursion en Arcadie et est enterré à Tégée ».

(À suivre)

 

À lire également

Référence : LPA 19 Août. 2016, n° 118q5, p.14

Plan
X