Découverte de nouvelles gourmandises parisiennes

Publié le 25/06/2020 - mis à jour le 26/06/2020 à 9H39

Les citrons de Cédric Grolet.

Pâtisserie du Meurice

Les restaurants parisiens peuvent désormais rouvrir. Mais ces adresses-là, pâtisseries, glaciers et palace sont des lieux de vente à emporter. Il est donc toujours possible de se faire plaisir avec ces nouvelles boutiques qui riment avec gourmandise.

Aux deux canelés

Pas d’origine bordelaise à la base de ce concept, mais la rencontre de deux femmes – s’appelant toutes les deux Aude ! – en Argentine, lors d’un tour du monde.

Quelques années plus tard, après un CAP pâtisserie et l’abandon de l’idée d’un food truck, naît le concept d’une boutique autour de canelés.

En règle générale, le canelé est un petit cylindre gourmand au cœur tendre et aux bords ultra croquants, parfumé à la vanille et au rhum.

Aux deux canelés, le sucré ne monte pas sur le podium et il y a autant de recettes salées que sucrées. D’ailleurs, notre préférence va aux 6 recettes salées : saumon, ail, fines herbes ; chèvre, miel, origan ; petit pois, menthe, roquefort, pommes, noix ; poivrons, anchois ; poulet, moutarde.

Côté sucré, suivi de près par le canelé fraise, rhubarbe, caramel beurre salé, praliné, chocolat noisette et pomme tatin ; c’est le citron meringué qui a notre préférence !

Les éclairs de Marius.

L’éclair de Marius

L’éclair de Marius

Les deux pâtisseries ne devraient pas s’appeler « L’éclair de Marius », mais « Les éclairs de Marius » ! En effet, à la tête des boutiques avenue de la Grande-Armée et avenue Mozart, Marianna Mircevski propose plus d’une quinzaine d’éclairs sucrés taille classique et au très grand format !

Bien sûr, il y a les parfums classiques, mais l’intérêt de venir dans l’une de ces deux adresses est de choisir des parfums inédits, tels que citron meringué, spéculoos, rocher lait, macaronade framboises ou encore citron yuzu…

Coup de cœur pour le classique café, l’original éclair Paris-Brest au bon goût de praliné et le vanille pécan.

Bravo à ces pâtisseries qui proposent en plus des éclairs saisonniers : les prochains jours verront l’arrivée de saveurs mojito et pavlova.

De 3,50 € pour les éclairs classiques à 5,90 € pour les plus sophistiqués.

Les fruits sculptés de Cédric Grolet au Meurice

Plus besoin de faire la queue au 6 rue de Castiglione ! Les sublimes pâtisseries de Cédric Grolet ne sont maintenant disponibles que sur commande en ligne, 48 heures à l’avance et prises en click and collect.

De nombreuses récompenses jalonnent le parcours de ce chef pâtissier qui a rejoint Le Meurice en 2012. Du meilleur pâtissier de l’année par le journal Le Chef à meilleur pâtissier au monde en 2018, Cédric Grolet a une imagination débordante et un talent fou, en particulier pour ses fruits sculptés aussi beaux que bons…

Sous la coque, diverses textures (mousse, coulis, confit, crème, gelée) autour de la saveur du fruit. Ces jours-ci, place à la fraise, la pistache, le pamplemousse, le maracuja, la mangue, le citron et la pomme Royale Gala.

La réalisation demande énormément de travail et de temps, ce qui explique le prix du dessert : 17 € le fruit.

Glace Room à Bastille

L’adresse est toute fraîche, sans être glacée, car les couleurs y sont toniques : camaïeu de bleus et de verts, sur fond de bois clair.

Craig Sanders, le fondateur franco-américain de l’enseigne, propose une trentaine de parfums de glaces au lait fermier et à la crème de Normandie, ainsi que des milk-shakes au lait végétal.

Pour les saveurs les plus demandées et classiques, l’appel est fait à des fournisseurs ou des origines de qualité : Michel Cluizel pour le chocolat, Terres de Café pour le café, Madagascar pour la vanille, la Bourgogne pour du cassis bio…

Sur un cornet ou dans un pot, les possibilités sont vastes, surtout avec les différents toppings : noisettes caramélisées, meringues, caramel maison, fruits frais…

Les crèmes glacées ont l’onctuosité des glaces à l’américaine, associée à la force française du bon goût ; les sorbets plein fruit sont excellents, en particulier les sorbets à la fraise, à l’abricot vanillé, au melon charentais et à l’ananas ou encore à la fève tonka.

De 3,70 € à 7,70 €.

À lire également

Référence : LPA 25 Juin. 2020, n° 154w8, p.19

Plan