Des flots de médailles

Publié le 10/06/2024

Cet album pour enfants (Hachette, 1924) a été adjugé 185 €

Vermot & Associés

N’y voyons aucune malignité, cet album arrive à point pour dédramatiser la folie qui entoure les prochains Jeux olympiques à Paris. On n’avait jamais vu une ville, historique de surcroît, transformée en stade de compétitions. C’est le moment de feuilleter cet album intitulé Les animaux aux Jeux olympiques (Hachette 1924), qui a été adjugé 185 €, à Paris, le 28 avril 2024, par la maison de vente Vermot & Associés, assistée par Serge Laget. Dessiné par George Henry Thompson (1853-1953) et écrit par Yvonne Ostroga (1897-1981), sous un cartonnage illustré, le dos en percaline, il comprend 28 pages numérotées (36 en tout, en réalité). L’expert précise que 22 planches, dessinées par GHT, sont en pleine page, dont huit consacrées au football, tennis, saut à la perche, défilé, etc., le tout lithographié en couleur.

« Les auteurs nous font revisiter la guerre 14-18 avec des animaux champions et incarnations des pays belligérants. C’est truculent. Les épreuves ont lieu à Acclimatationville, et l’affiche les annonçant est très lisible », précise Serge Laget, ancien journaliste à L’Équipe et auteur d’une trentaine d’ouvrages sur le sport. « Ce petit chef-d’œuvre méconnu, poursuit-il, a été écrit par Yvonne Ostroga, qui, il convient de le noter, fut la collaboratrice de Paul Bourget et de Pierre Benoit. »

Au catalogue figurait également une Médaille de participant en bronze, figurant à l’avers un athlète couronné, et au revers, la mention « VIIIe Olympiade, Paris, 1924 » avec vue de Paris et de Notre-Dame. Cette médaille, signée par Raoul Bénard (1881-1961), a été vendue 120 €. Ce dernier avait remporté le Prix de Rome en gravure en 1911 pour son œuvre L’Inspiration. Ce qui lui permit de devenir pensionnaire de la Villa Médicis de 1911 à 1920. Le multiple champion de France de natation, Henri Padou, lui servit de modèle. Il est intéressant de noter qu’en ouverture des Jeux de 1924 à Paris, une grand-messe fut célébrée dans la basilique Notre-Dame. Cette médaille figure dans l’exposition « Honneurs sportifs, médailles olympiques », présentée par le musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie. Outre les médailles attribuées aux champions, les Jeux olympiques génèrent en effet des flots de médailles, de rubans, colliers, coupes et autres distinctions honorifiques. C’est toute l’histoire du sport qui a ainsi peu à peu été reconnue par la société. L’idée de génie de Pierre de Coubertin de réveiller l’olympisme a permis au sport d’atteindre un sommet bipartite dans l’actualité. D’un côté, l’effort de la compétition, la véritable valeur, de l’autre, une foule de contemplateurs qui a trouvé en ces champions de nouveaux héros. Cette seconde attitude a été confortée, comme l’explique Tom Dutheil, conservateur par intérim du musée et l’un des auteurs de l’important catalogue de l’exposition, par « la prise de conscience de l’importance prise par le sport comme outil tant de cohésion que de rayonnement international. »

Plan
X