Éclipses

Publié le 07/10/2019

La salle du restaurant.

DR

Voilà une table qui va faire parler d’elle dans les prochains jours !

Dans le VIIe arrondissement, lors de la Paris Design Week de septembre, nous sommes entrées par pur hasard dans cet établissement à la vitrine esthétique et épurée.

À l’intérieur, une certaine douceur, une atmosphère cocooning grâce à la décoration simple et raffinée : de semi-alcôves séparent les tables, entre murs en pierres apparentes, parquet en bois blond, baies vitrées et tonalités bleutées.

Quid en cuisine derrière les fourneaux ? Un chef, Cyril Choisne, repéré par le Gault & Millau il y a deux ans déjà.

Après être passé par de grandes maisons comme La Marée, Prunier, Ledoye, le Plaza ou encore Le Grand Véfour, il a gardé quelques bonnes habitudes, à l’image de ces six sortes de petits pains qui arrivent chauds à votre table : un petit luxe qui se perd !

Une petite brioche fondante accompagnait notre entrée, composée de deux tranches triangulaires de foie gras de canard aux truffes.

Un foie gras parfaitement cuit et en toute simplicité, pour préserver les saveurs du foie, à peine sucré par un soupçon de betterave confite posé à côté des tranches (36 €).

A suivi un beau bar de ligne, qui s’allongeait sur des poireaux relevés d’une saveur tonka (48 €) et un dessert aux pommes annonçant déjà l’automne. Une compotée de pommes était glissée dans de fins tubes feuilletés d’Arlettes. Pour contrecarrer la texture croquante et le côté sucré des pommes et des Arlettes, une glace au thym rafraîchissait le tout (17 €).

Ayant pris sur le foie gras un demi-verre de Viognier Secret de Famille de Paul Jaboulet 2011, lequel n’était pas trop sucré à l’instar d’un vin doux tel qu’un Sauternes ou un Jurançon, nous avons poursuivi pendant tout le repas sur cette cuvée, qui s’est parfaitement harmonisée avec les deux autres plats.

Un autre vin, le Pouilly Fumé « Indigène » de Pascal Jolivet 2012 à 64 €, semblait également convenir.

À noter cependant que certains prix de bouteilles sont multipliés par 3 et/ou 4 : voir le Pessac Léognan de 1999, le Château Fieuzal L’Abeille, à 138 € la bouteille.

Si vous ne voulez pas vous restaurer à la carte, les divers menus offrent de belles occasions de bon rapport qualité/prix.

En cinq mouvements, le prix est de 69 € et en sept plats de 89 €.

À lire également

Référence : LPA 07 Oct. 2019, n° 148p2, p.14

Plan