Grenat du rouge au vert

Publié le 18/02/2022

Ce pendentif « Croix » en or jaune a été adjugé 1 200 €.

Gros & Delettrez

« Il n’y a pas de pierres semi-précieuses, cela reviendrait à dire qu’il y a des semi-fleurs, des semi-chats… Il y a juste des pierres plus rares que d’autres », affirme Antoine Chaputot. Ce joaillier atypique rappelle que c’est quasiment toujours un métal qui teinte la roche devenue transparente. Ainsi le corindon, roche opaque sans intérêt, crée les saphirs sous l’effet de la fusion. Ils peuvent donc être incolores mais ils se teintent en bleu quand ils se combinent à du fer. Sous l’effet du chrome, ils deviennent rouge et s’appellent rubis. Cette couleur rouge nous fait songer au grenat, de moindre valeur mais tout aussi chaleureux. Un Pendentif « Croix » en or jaune, orné de cinq cabochons de grenats a été adjugé 1 200 €, à Drouot, le 26 janvier dernier par la maison Gros & Delettrez. Les créateurs jouent avec cette pierre rouge sombre. La maison Boucheron a créé une broche « Abeille » en or jaune partiellement émaillée rouge et noir, les ailes pavées de diamants de taille 8/8, les yeux sertis de grenats taillés en pain de sucre. Celle-ci a été adjugée 1 500 € ce même jour. À Perpignan, au milieu du XIXe siècle, les bijoutiers se sont spécialisés dans la fabrication de bijoux en grenats sur or. Nous en avons eu un exemple avec une parure signée Édouard Mourat, habillée de grenats facettés sur paillon, composée d’un collier articulé comprenant 2 de rangs de grenats, plus un pendentif rayonnant, une paire de pendants d’oreilles et de 3 broches à l’identique, adjugé 45 080 €, à Drouot, le 26 novembre 2021.

Mais attention, dit Antoine Chaputot, « détrompez-vous, le grenat n’est pas forcément rouge ! ». L’escarboucle comme on l’appelait autrefois peut être aussi orangé, vert, violet… Pyrope, Almandin, Rhodolite, Spessartite, Hessonite, Tsavorite, Malaya… à chaque nuance son surnom. Une bague en or gris, sertie d’un grenat orange spessartite ovale de 5,90 carats environ, épaulé de diamants taille brillant, a été présentée à la vente le 14 avril 2021 par la maison Éric Caudon, avec une estimation de 950/1 000 €. Et encore une autre bague mais florimorphe, le pistil en perle de culture baroque, les sépales serties de grenats tsavorite en chute, les anthères de petits ronds, trois insectes pavés de petits diamants butinant la fleur avec appétit, certaines pierres imitation, a été adjugée 600 €, à Drouot, le 26 janvier dernier par la maison Kâ-Mondo. La « tsavorite » tire son nom du Tsavo National, parc au Kenya où a été découvert dans les années 1970 un gisement de pierres, dont le vert surpasse celui de la plupart des émeraudes. Elle est 200 fois plus rare que l’émeraude et est plus brillante en raison d’un plus haut index réfringent ; elle est encore plus durable. Déjà, Carl Fabergé avait créé pour la famille impériale russe des bijoux en utilisant le grenat démantoïde, découvert en 1853, pour sa couleur verte exceptionnelle, surnommé l’émeraude de l’Oural.

Plan
X