Gstaad en 4 très bonnes et doubles raisons d’y aller !

Publié le 13/02/2018

Gstaad Palace.

DR

En Suisse, dans l’Oberland bernois, à 2 heures de Genève et accessible par le Lyria Paris-Genève puis par le train CFF en 2 h 30 ; Gstaad, la plus huppée des stations alpines se révèle plus merveilleuse, inédite, luxueuse, sportive et gourmande que jamais.

Des expériences et des émotions variées

Gstaad est un des seuls endroits où une ferme d’alpage cotoie un chalet aux vieux bois décorés ; où les cohortes de Bentley, Rolls & Royce et Jaguar s’effacent devant les troupeaux de vaches Simmental et de chèvres Saanen ; où les tables des restaurants proposent autant de viande séchée et de fromage à rebibes que de caviar et de foie gras.

Étrange contraste donc que ce village qui compte autant d’habitants (7 000) que de vaches. Ici, le ski s’apprécie dans des chemins entre les conifères et les torrents de montagne et la région est très réputée pour ses 150 km de pistes de ski de fond.

Les plus aventureux iront au glacier 3 000 profiter des neiges éternelles sur des pistes très douces et admirer un décor à 360° de montagnes.

Après le sport, le réconfort et la découverte d’une fondue partagée ! Différentes possibilités existent avec des caquelons cabanes et la possibilité dans les fromageries du village de louer matériel, mélange à fondue et autres ingrédients pour une dégustation en plein air. La dernière attraction familiale est une balade en calèche tout en dégustant une fondue. Johann von Grünigen possède 3 des 4 calèches de la station et il a transformé une calèche en roulotte à fondue pour 5 à 20 personnes. Aux pas lents de ses chevaux, aux sons de leurs cloches, on déambule du village typique de Saanen aux hauteurs de Gstaad. C’est là un moment inoubliable de convivialité en famille ou entre amis, à essayer !

4 palaces, 4 atmosphères

Gstaad propose une concentration extraordinaire d’hôtels 5 étoiles, la transformant en un lieu mythique de vacances de prestige.

Abstraction faite de l’Ermitage situé au pied des pistes de Schönried, à l’atmosphère familiale et à l’incomparable spa (3 500 m2 et des bains salins extérieurs à 35° C et une piscine en plein air) ; notre choix s’est porté sur le Palace, l’Alpina, le Grand Bellevue et le Grand Hôtel Park.

Le Gstaad Palace : une institution !

105 ans d’existence pour cet établissement familial aux allures d’Euro Disney dont les tours dominent tout le village.

Depuis 1913, l’hôtel a vu défiler toutes sortes de personnalités politiques, médiatiques, business, et peut s’enorgueillir d’un personnel qualifié et stable, à l’image de Gildo Bocchini resté 48 ans au service du palace. Son prénom a été donné à l’un des restaurants, italien, où on peut se régaler de salade de poulpes, de risottos aux gambas et de tiramisu.

À la boîte de nuit, au grill ou à la fromagerie, la devise est la même : « Chaque client est un roi et chaque roi est un client ».

The Alpina : un mélange de luxe improbable et d’Art

Pièces ultra lumineuses, matériaux artisanaux locaux avec une prédominance de cuir, de sapin patiné par le temps : le luxe pointe dans chaque détail. Une vraie réussite dans le genre contemporain chic avec des pièces artistiques très soignées à l’image de certains tableaux, de photos inouïes, d’œuvres argent-bois d’animaux d’une étrange beauté.

La table couronnée d’un 17 au Gault & Millau vaut le détour comme en témoignent des plats tels que la mosaïque de foie gras et de tartare de bœuf, le filet de truite poché dans une feuille de vigne ou le filet de bœuf Wellington, si tendre que le couteau n’était pas nécessaire.

Le Grand Bellevue : une décoration décalée et assez britannique

Affichant un centenaire d’histoire, mais une décoration décontractée et très éclectique, le Bellevue est le plus central des palaces et donc incontournable pour des clients plus passionnés par le shopping que par le ski.

Fauteuils capitonnés, tissus chargés en fleurettes et oiseaux, rideaux aux lourdes passementeries et broderies, coussins écossais : la décoration a une touche très cottage anglais et l’assume parfaitement car elle n’est en rien vieillotte.

Bien que non testé, le spa est paraît-il une réelle expérience sensorielle entre grotte d’inhalation au sel himalayen, laconium et sauna au foin.

Brasserie étoilée au Michelin, le restaurant Léonard’s attire les papilles des gourmets, sauf à céder aux charmes du carnotzet privé Krug en forme de tonneau pour un repas tout au champagne.

Park Hotel.

DR

Le Grand Hôtel Park : branché et familial à la fois

Difficile de donner une réelle préférence pour tel ou tel établissement, ces hôtels cumulant luxe, bien-être et convivialité, mais nous avons une petite préférence pour le Park qui cumule un côté moderne, une atmosphère raffinée, sportive et familiale. On sent que la tradition alpine d’accueil est présente et non feinte. Autant dire que cet hôtel de luxe, le plus ancien de la station, a bien pris le virage de la modernité et du XXIe siècle sans annihiler son histoire.

Le personnel est très attentionné et rigoureux dans son service tout en laissant planer une certaine convivialité. C’est l’art du « Gemütlichkeit » suisse.

Fraîchement arrivé, le chef allemand Axel Rüdlin se voit déjà gratifié d’un 15 au Gault & Millau. Dans le restaurant, « Avenue Montagne », clin d’œil au cadre environnant et à la fameuse artère parisienne de l’avenue Montaigne, sa cuisine organique révèle des produits locaux et de saison tels qu’une truite de Zweisimmen lovée dans du concombre, du canard de l’Appenzell dans une sauce au thym. À choisir sans hésitation, à moins que vous ne préfèreriez les belles pièces de viande du Chubut ou la cuisine asiatique du sushi bar.

IMG132z8

The Alpina Hotel Gstaad.

DR

LPA 13 Fév. 2018, n° 133h2, p.13

Référence : LPA 13 Fév. 2018, n° 133h2, p.13

Plan
X