Jour de fête pour Albert Lynch

Publié le 27/05/2022 - mis à jour le 27/05/2022 à 10H07

Jour de fête par Albert Lynch a été adjugé 26 650 €.

Digard Auction

Octave Uzanne (1851-1931), grand bibliophile s’il en était et surtout curieux de la mode féminine sous tous ses aspects, a laissé bon nombre d’ouvrages sur ce sujet. Selon Rémy de Gourmont (1858-1915), ses premières amours furent le livre et la femme. Parmi tous ses ouvrages – et ils furent nombreux – « le premier qu’il ait voulu retoucher et rééditer pour le grand public, c’est précisément une monographie de la Parisienne ». Un exemplaire de La Française du siècle. La Femme et la Mode. Métamorphoses de la Parisienne de 1792 à 1892, relié en demi-maroquin bleu à gros grain, avec coins, filet, la couverture illustrée par Louis Morin, a été adjugé 100 €, à Drouot, le 5 mai dernier par la maison Binoche & Giquello. Le frontispice de cet ouvrage est illustré par Félicien Rops (1833-1898) et le texte par plus de 160 dessins inédits d’Albert Lynch.

Le peintre Albert Lynch avait pour thème de prédilection les femmes de son temps. L’une d’elles apparaît dans une toile (107 × 67 cm), intitulée : Jour de fête. Celle-ci a été adjugée 26 650 €, à Drouot, le 29 avril dernier par la maison Digard Auction. La jeune femme, lumineuse, tout de crêpe blanche vêtue, chapeautée de paille fleurie, tient à la main, un bouquet. Elle toque à une porte ; son sourire est plein de promesse. Par la fenêtre, on devine le beau temps, ce qui contribue à l’ambiance légère sans doute voulue par l’artiste.

Cette toile était estimée 600/900 € et a fait un bon en avant pour atteindre finalement plus de 25 000 €. Une première pour une œuvre de cet artiste qui tourne en moyenne au plus haut à 2 500/4 000 €. On se souvient toutefois d’un autre tableau, Le bal masqué (huile sur panneau 104,5 x 69 cm), qui a été emporté à 22 000 €, à Drouot, le 22 juin 2011 dans une vente de la maison Millon. En réalité, la cote des tableaux de cet artiste oscille autant que sa biographie. Certaines sources le font naître en 1851 entre Trujillo, Lima ou même l’Allemagne dont était originaire sa famille, et décéder en 1912. Après l’École des Beaux-Arts, il travailla dans les ateliers de Jules Noël, Gabriel Ferrier et Henri Lehmann, exposa dans les Salons des artistes français, y reçut des médailles. La plus importante lui fut décernée au cours de l’Exposition universelle de 1900, pour Jeunes femmes prenant le thé, conservé au musée de Lima.

Parmi les nombreux livres qu’il a illustrés, Albert Lynch a donné 41 compositions pour La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas, dont un des 100 sur Japon, relié par Marius Michel en plein maroquin rouge janséniste, a été adjugé 550 € à Drouot par la maison Alde. On compte encore dans sa bibliographie Le Père Goriot d’Honoré de Balzac et La Parisienne d’Henry Becque.

Plan
X