La Galerie expose Sabrina Belouaar

Publié le 02/06/2022 - mis à jour le 02/06/2022 à 10H40

Sabrina Belouaar, The Gold Sellers, 2018

Adagp, Paris, 2022

Les départements d’Île-de-France détiennent souvent des trésors en matière de lieux culturels, malheureusement encore trop peu connus du grand public. La Galerie, centre d’art contemporain de Noisy-le-Sec (93), fait partie de ces bonnes adresses.

C’est en 1999, dans un environnement très urbain, à l’intérieur d’une maison bourgeoise datant du XIXe siècle, que La Galerie a vu le jour. Depuis, artistes et expositions ont défilé entre ces murs, faisant rayonner des œuvres venues du monde entier.

Fraîchement décorée du label « Centre d’art contemporain d’intérêt national » attribué par le ministère de la Culture, La Galerie est devenue le premier centre d’art labellisé dans le département de la Seine-Saint-Denis et du Nord-Est francilien. Une fierté pour la ville de Noisy-le-Sec qui compte bien faire entendre le poids que représente la culture en banlieue. « Cette reconnaissance nationale est attribuée à une structure déployant un projet artistique et culturel d’intérêt général en soutien à la création, à la production et à la diffusion des arts visuels contemporains. À travers la conception et l’organisation d’expositions, la production ou la coproduction d’œuvres nouvelles, ainsi que l’expérimentation artistique et la mise en œuvre d’actions auprès des publics les plus larges, les centres d’art participent pleinement à consolider l’écosystème national des arts visuels », précise le communiqué de presse.

Du 14 mai au 23 juillet 2022, La Galerie accueille l’exposition « Al Mahr » de Sabrina Belouaar.

Jeune artiste pluridisciplinaire travaillant à Paris, Sabrina Belouaar utilise ici la photographie et le film comme médiums pour raconter ces femmes qui, après avoir tout perdu, revendent clandestinement des bijoux dans les rues d’Alger. Appelées delalates, ces femmes démunies et dans une situation très précaire se retrouvent à vendre tout ce qui leur reste : leur dot (« al mahr » en arabe). Remise aux jeunes femmes algériennes pour leur mariage, la dot, ici constituée de bijoux, est marchandée à même le trottoir, sans étal. Leurs doigts sont alors recouverts des bagues disponibles à la vente et leurs mains deviennent des vitrines.

Ces photographies centrées sur les mains sont réunies dans une série intitulée : « The Gold Sellers ». Elles interrogent le rôle du corps de ces femmes, dénigrées par la société algéroise, mais aussi notre rapport à l’or, au matérialisme.

Sabrina Belouaar questionne nos identités et leur construction sociale, politique.

Des images qui sont baignées dans la lumière.

• La Galerie, 1 rue Jean Jaurès, 93130 Noisy-le-Sec

Plan
X