La Terrasse Le Marois by Campari et le Café Mulot

Publié le 08/07/2021 - mis à jour le 12/07/2021 à 16H27

La terrasse éphémère du Marois.

Campari

La Terrasse Le Marois by Campari

À quelques mètres des Champs-Élysées, l’hôtel particulier Le Marois, communément appelé : « France-Amériques » accueille jusqu’à la fin juillet une terrasse éphémère pour un repas, un apéritif en plein air…

Ils sont environ 500 membres à faire partie du club « France-Amériques » (mais l’entrée est accessible à tout le monde) et pour organiser une fête, un séminaire, une conférence, de l’événementiel personnel ou professionnel, les salons à boiseries dorées sont nombreux entre le grand hall marbré et l’escalier majestueux à double révolution.

Pendant plus d’un mois, tout un chacun peut venir se délasser autour d’un verre, prendre un repas en terrasse dans le jardin ombragé qui donne sur l’avenue Franklin Roosevelt, à deux pas des Champs-Élysées.

Au programme et sur un air de dolce vita, un repas orchestré par le traiteur Butard-Enescot (un groupe français et encore familial qui a absorbé dernièrement Raynier Marchetti) en charge de la restauration sur place.

La formule est accessible à toutes les bourses, avec 2 plats pour 28 € et 3 plats à 35 €.

En entrée, nous avons donc sélectionné un tartare de tomates, burrata, pesto de basilic et salade de mesclun (12 € à la carte) ; suivi d’un poulet sauce vierge et ses pommes grenaille. Cuit à basse température, ce suprême de volaille était très tendre et pas sec du tout, alors que cela est souvent le cas avec le poulet (24 €). Le repas s’est achevé sur des propositions de desserts très classiques : moelleux au chocolat, gaspacho de fruits rouges, pana cotta coulis de fraises et son bol de fraises.

Pour un simple verre, des planches de charcuteries ou de fromages sont à partager (de 14 à 16 €).

• Hôtel Le Marois, 9-11 avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris. Jusqu’au 31 juillet 2021.

Le Café Mulot

Place des Vosges, la maison de Victor Hugo s’est offert un impressionnant lifting et propose maintenant le « Café Mulot » dans sa cour intérieure.

Si vous habitez ou travaillez près d’Odéon ou du Sénat, assurément vous connaissez la Maison Mulot réputée pour ses douceurs sucrées, dont les macarons et surtout un très aérien kouglof (le propriétaire et pâtissier, Fabien Rouillard, qui a repris ses murs légendaires en 2016 est Lorrain d’origine !).

Le 6 place des Vosges, maison où vécut Victor Hugo de 1832 à 1848, est l’un des endroits encore un peu secrets de la capitale et sa cour appelée aux 7 marronniers, volontairement discrète, permettait à l’écrivain de sortir dans l’impasse Guéménée pour se rendre à un rendez-vous galant…

Rouillard traverse donc la Seine pour installer dans un jardin romantique un café-salon.

Pour une assiette salée, une salade, un dessert, un simple café et un moment de détente au calme et un livre à la main ; le Café Mulot est l’endroit rêvé.

Comptez 19 € pour un pâté en croûte et/ou un foie gras des Landes ; 8,50 € pour une quiche saumon ou maraîchère et salade ; 9 € pour une pâtisserie type éclair, tarte, kouglof, fraisier, amaryllis.

Les produits peuvent être consommés sur place ou à emporter et leur prix baisse en conséquence.

Formule rapide avec croque ou quiche et verre de vin avec café dès 15 € : une aubaine dans ce quartier où les prix ont sérieusement grimpé depuis quelques années.

• Café Mulot, 6 place des Vosges, 75004 Paris.

Plan
X