Le dernier mot des mousquetaires noirs

Publié le 19/01/2024

Cet ensemble des drapeaux, cravates, flammes et cordons, est estimé 120 000/ 150 000 €

Montargis enchères

En levant la tête sur le côté est, vers la colonne 11 de l’Arc de Triomphe, on peut lire le nom du général Le Lièvre de La Grange. Ce dernier, dont le nom complet est Adélaïde Blaise François Le Lièvre, marquis de La Grange et de Fourilles (1766-1833) était un général de cavalerie qui participa à toutes les grandes batailles menées depuis l’année 1781, où il se porta volontaire au bataillon d’Artois. Il participa à Valmy, en tant que colonel du 6e Dragon, et y fut blessé. Malgré ses états de service, il fut destitué, car noble, par le représentant du peuple Duquesnoy et emprisonné à Arras jusqu’au 4 décembre 1793. Malgré cet ostracisme républicain, La Grange poursuivit une carrière brillante sous les armes. Après le retour des Bourbons, il reprit son titre de marquis et fut nommé capitaine-lieutenant de la 2e compagnie de mousquetaires. Il ne servit pas durant les Cent-Jours, et après le licenciement des mousquetaires, fut nommé gouverneur de la 20e division militaire le 7 septembre 1815.

Les mousquetaires de la maison du roy, étaient à l’origine une troupe d’élite d’une centaine d’hommes choisis parmi les gentilshommes bien nés et valeureux. Louis XVI licencia ses deux compagnies pour raison financière en 1775. Fatale erreur ! Ils furent réorganisés en 1789 et à nouveau licenciés en 1792, puis à nouveau rétablis par une ordonnance du 15 juin 1814, supprimés par décret impérial du 13 mars 1815. Ils accompagnèrent Louis XVIII à sa fuite vers Gand, 19 mars 1815. Le 1er septembre 1815 parut l’ordonnance qui, en créant la garde royale, supprimait les deux compagnies de mousquetaires. Une seconde ordonnance prorogea le service de la « Maison rouge » dont faisaient partie les mousquetaires, jusqu’au 1er janvier 1816. Mais, le 31 décembre 1815, au soir, le roi Louis XVIII annonça au comte de Durfort qu’il donnait aux Capitaines lieutenants de sa Maison Rouge les étendards et drapeaux des Compagnies. Le maréchal de Lauriston reçut ceux de la compagnie des mousquetaires gris. Le général de La Grange, dernier capitaine-lieutenant de la seconde compagnie, la noire, reçut ses étendards et drapeaux. Ceux-ci furent conservés par ses descendants et ces six emblèmes seront mis en vente le samedi 27 janvier par Montargis enchères, Olivier Baron étant au marteau, assisté par Jean-Claude Dey et Arnaud de Gouvion Saint-Cyr, avec une estimation de 120 000/150 000 €.

Cet ensemble est notamment composé du drapeau de la 2e compagnie, des quatre flammes (ou « tabliers ») de trompette, des quatre cordons des flammes de trompette, des deux cravates de drapeaux modèle 1814. La veille de la dissolution, chaque compagnie se réunit autour d’un banquet. Chez les mousquetaires noirs, le marquis de la Grange prononça un discours qui s’acheva ainsi : « Emporter ainsi à nos derniers instants l’estime de tous, c’est finir en chevaliers français, en bons et preux mousquetaires, qui peuvent être séparés mais non désunis et qui se retrouveront en tout temps, en tous lieux, pour le service du Roi et le salut de la France. Vive le Roi ! »

Plan
X