Le jardin secret des Hansen

Publié le 24/10/2017

DR

La collection Ordrupgaard fut constituée par un couple de danois, grands amateurs d’art, Wilhelm (1868-1936) et Henry (1870-1951) Hansen. Wilhelm  Hansen était un homme d’affaires passionné par la peinture, un esprit indépendant et visionnaire. Sa femme et lui assemblèrent, en l’espace de deux ans, entre 1916 et 1918, une collection d’œuvres unique en Europe, représentative de la période de l’Impressionnisme et du post-Impressionnisme de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle. Le musée Jacquemart-André présente aujourd’hui, pour la première fois à Paris, une quarantaine de peintures issues de cette collection.

L’ensemble est de qualité. Il montre avec quel discernement le couple fit leurs choix. Il comporte des œuvres de Corot, Cézanne ou Matisse, des paysages de Monet, Pissarro, Sisley, des portraits de Renoir, Berthe Morisot ou Gonzalès. Des peintures de Degas, Manet, Courbet  ou Gauguin sont aussi présentes. Ce sont des œuvres peu connues en France.

L’intérêt de Wilhelm Hansen pour l’art émergea au cours de ses années d’études. Il avait un ami, Peter Hansen, qui deviendra l’un des membres du collectif de peintres danois Fynboerne, qui l’introduisit dans le milieu artistique. Certains de ces artistes deviendront des intimes du couple Hansen, et ils lui firent découvrir les Impressionnistes.

Wilhelm Hansen s’était construit une carrière dans l’assurance, en fondant la compagnie danoise Dansk Folkeforsikringsanstalt et en dirigeant Hafnia, une autre compagnie d’assurance danoise. Il s’était passionné particulièrement pour l’art français, qu’il collectionna pour son plaisir et lui donna une large audience au Danemark. Dans ce but, il organisa, à Copenhague, des expositions présentant des prêts que firent alors des musées français. Il rencontra sa future femme en 1887, lors d’une représentation au Théâtre Royal, et ils se marièrent en 1891.

En 1916, Wilhelm et Henry Hansen achetèrent un terrain près d’Ordrup Krat, au nord de Copenhague. Ils y firent construire une résidence d’été en faisant appel à l’architecte Gotfred Tvede. Remplis d’un réel engouement pour ce lieu, ils décidèrent d’en faire leur résidence principale en y incluant une galerie d’art pour abriter leur collection. Cette résidence, imposante, est un véritable manoir, lumineux, avec de nombreuses fenêtres, un jardin d’hiver et une serre qui leur permettait un dialogue avec le parc environnant. Ce manoir et la collection de peinture française furent inaugurés en 1918. Dès lors, les Hansen décidèrent une ouverture hebdomadaire pour que le public danois puisse admirer leur collection. De cette façon, la peinture française eut une large audience au Danemark.

 

LPA 24 Oct. 2017, n° 129y6, p.16

Référence : LPA 24 Oct. 2017, n° 129y6, p.16

Plan
X