Le nom de l’Amérique

Publié le 23/03/2022 - mis à jour le 23/03/2022 à 11H43

Cette carte, établie par Peter Apius, mentionne pour la première fois le mot « America ». Elle a été adjugée 35 000 €.

Delon-Hoebanx

La découverte de l’Amérique, non pas du nouveau continent, mais de son nom, reste à accomplir. Il est désormais admis que Christophe Colomb n’a jamais su qu’il avait abordé sur un nouveau continent. Dans l’inconscient historique, il en reste néanmoins le découvreur, mais ne lui a pas donné son nom. On sait que ce nom vient du florentin Amerigo Vespucci (1454-1512). On raconte que celui-ci avait travaillé à préparer les voyages de Colomb et s’était passionné pour ses découvertes. Il avait eu l’intuition que les terres découvertes ne pouvaient être un territoire d’Asie et qu’il s’agissait d’un « nouveau monde ». Soit. Il participa à au moins deux expéditions, la première au nom de l’Espagne entre 1499 et 1500, et la seconde pour le compte du Portugal entre 1501 et 1502. En réalité, les historiens mettent en doute, non pas ses voyages, mais ses motivations qui seraient toutes commerciales voire politiques, et non exploratrices. Il est certain qu’il connaissait Colomb, comme il a laissé plusieurs écrits, qui étaient en fait des « livrets », des lettres dans lesquelles il donne des descriptions assez poussées et évoque, pour la première fois, à propos du Brésil, le « Nouveau monde ».

Il est désormais admis que le nom « Amérique » a été donné aux nouveaux continents par Martin Waldseemüller, en inscrivant en 1507, le nom « America » pour la première fois dans son ouvrage Cosmographia introductio. Deux ans plus tard, Jean Grüninger imprimait la Declaratio siue descriptio mundi et totius orbis terrarum globulo rotundo comparati ut ipera solida… (Strasbourg), dont un exemplaire a été vendu 500 000 €, par Alde, le 2 février 2010. Cette édition est illustrée de 11 bois gravés, dont un sur le titre. Parmi ces bois figurent plusieurs mappemondes dont une, répétée quatre fois, sur laquelle l’Amérique est représentée sous le nom de Newe Welt (« Nouveau monde » en allemand).

La première carte gravée du nouveau monde avec le nom d’Amérique ne paraîtra qu’en 1520. Il reviendra au cartographe Petrus Apianus (1495-1552), de son vrai nom Peter (von) Bennewitz ou Bienewitz, de faire apparaître le mot « Amérique » sur une carte de son ouvrage Tipus Orbis Universalis iuxta Ptolomei Cosmographi. Cette carte dépliante, courte dans les deux marges verticales, fut insérée dans plusieurs textes géographiques tout au long du XVIe siècle, notamment dans des éditions bâloises de Pomponius Mela et dans les éditions viennoises de 1520 de la Géographie de Solinus. Et encore dans le Pomponii melae de orbis situ, Libri Tres de Joachim Vadiano (1484-1551). Un exemplaire relié en plein veau d’époque au décor à froid sur les plats, le dos à nerfs, a été vendu 35 000 €, à Drouot, le 18 février dernier par la maison Delon-Hoebanx. Il comporte l’ex-libris manuscrit de Caroli furnii & amicorum, au premier feuillet blanc, répété sur la page de titre : Carolus Furnius. L’Amérique avait trouvé son nom.

X