L’Empire et ses titres

Publié le 19/06/2024

De Jean-Claude Colrat, L’Armorial Impérial comprend quelque 3 700 notices et blasons dessinés par Alban Pérès

Arcades Ambo

Évoquant dans le Mémorial de Sainte-Hélène la noblesse qu’il avait créée, l’empereur Napoléon Ier affirmait que cela avait été « une des plus belles idées, des plus complètes, des plus heureuses ». Elle avait pourtant été décriée, voire moquée, cette noblesse de l’empire, essentiellement de la part de la noblesse de l’Ancien régime qui voyait d’un mauvais œil ces « parvenus nés de la Révolution. » La volonté de l’empereur, comme le rappelle Jean Tulard, avait « trois objets de la première importance et tous les trois auraient été atteints, à savoir : réconcilier les Français avec l’Europe, et rétablir l’harmonie avec elle, en semblant adopter ses mœurs ; réconcilier par la même voie, amalgamer entièrement la France nouvelle avec la France ancienne ; enfin faire disparaître la noblesse féodale, la seule offensante, la seule oppressive, la seule contre-nature. Les titres nationaux rétablissaient cette égalité que la noblesse féodale avait proscrite. »

La Charte de 1814 a prévu, dans son article 71 : « La noblesse ancienne reprend ses titres, la nouvelle conserve les siens. » Louis XVIII, qui était un fin politique, s’était bien gardé de refouler cette nouvelle noblesse, d’autant qu’il avait besoin de ses dignitaires pour remettre en état de marche le royaume. Par un ailleurs, un certain nombre de membres de la noblesse ancienne avait été titrée par l’Empire. Les mariages endogames durèrent quelque temps pour finalement s’ouvrir aux deux noblesses.

Restait à étudier ce phénomène, des historiens se penchèrent sur celui-ci. On cite le généalogiste Duprat-Taxis, le baron Georg von Koch, Bajtin, Émile Campardon et enfin le vicomte Albert Révérend, qui publia en 1899, L’Armorial du Premier Empire. Titres, Majorats et Armoiries concédés par Napoléon Ier (4 tomes en 2 vol.). Cet ouvrage est considéré comme sommaire et incomplet. Il a été réimprimé, avec les parties consacrées à la Restauration, la monarchie de Juillet, la IIe République, le IIe Empire et la IIIe République, par Honoré Champion (1974, 6 vol. in-8), dont un exemplaire a été adjugé 700 €, à Drouot, le 27 janvier 2008 par Art Richelieu. Cet ouvrage fut suivi par l’Album des Armoiries concédées par lettres patentes de Napoléon Ier, 1808-1815 (Paris, Champion, 1911, in-folio), dont un exemplaire a été vendu 621 €, à Drouot, le 26 mars 2021 par la maison Maigret. Cet album comporte 11 et 117 planches, rassemblant 3 504 blasons, dessinées par Eugène de Villeroy.

Aujourd’hui, Jean-Claude Colrat propose un Armorial impérial, dans lequel chaque personnage a droit à sa biographie et à son blason, dessiné par Alban Pérès, tel qu’il figure sur les documents d’époque. Au total, il représente plus de 3 700 entrées. Ce corpus est le plus important et le plus complet consacré à l’héraldique du Premier Empire en France. Les éléments biographiques bien complets des états-civils, des titres, fonctions et décorations, permet de dresser un panorama de l’élite de la France sous l’Empire.

Plan
X