Paris (75)

« L’encre en mouvement. Une histoire de la peinture chinoise au XXe siècle » au Musée Cernuschi

Publié le 20/12/2022

DR

« L’encre en mouvement » est une évocation historique de la peinture chinoise au XXe siècle.

Après l’exposition « Peindre hors du monde », qui plongeait dans les temps anciens et impériaux de la Chine et les œuvres des lettrés, le musée Cernuschi nous entraîne de la fin de l’Empire à la Seconde Guerre mondiale, de la révolution de 1949 à l’ouverture des années 1980, en un siècle où la Chine a été le théâtre de profondes mutations.

En phase avec ces changements, la peinture chinoise est, elle aussi, en mouvement. Définie depuis des siècles par l’usage de l’encre, elle se réinvente au contact de techniques nouvelles mais aussi grâce à la redécouverte de son propre passé.

Le voyage des artistes joue un rôle moteur dans ce renouvellement. Pas moins de 70 œuvres réalisées par 34 artistes illustrent superbement ce cheminement.

Les écritures anciennes

En Chine, le XXe siècle commence véritablement avec la fin de l’Empire (1911) et l’avènement de la République, en 1912. Pourtant, les symptômes de la fin du système impérial étaient visibles depuis la première guerre de l’opium (1839-1842) et la révolte des Taiping (1851-1864).

On note un nouveau rapport à la langue et à l’écriture, qui va générer un complet renouvellement de l’art calligraphique et pictural et une approche critique des textes canoniques, fondements de la culture classique des lettrés fonctionnaires.

La peinture est totalement transformée par une libération du trait.

Une modernisation entre Chine et Japon

Probablement la plus belle partie de l’exposition.

Les années 1920 et 1930 sont marquées par des luttes entre seigneurs de guerre, puis entre communistes et nationalistes et, à partir de 1932, par les menées coloniales et militaires du Japon. La période est pourtant très fructueuse sur le plan culturel et artistique.

Le Japon constitue, depuis le début du siècle, un relais majeur dans l’éducation de l’intelligentsia chinoise. Les artistes y étudient les techniques occidentales et se familiarisent avec le nihonga, la peinture japonaise qui opère à l’encre et en couleurs.

Néanmoins, les artistes redécouvrent également une partie de la tradition picturale chinoise, notamment dans le genre des fleurs et oiseaux ou du paysage. Cette manière de regarder vers son propre passé est renforcée à partir des années 1930 par la lutte contre le Japon. Nombre d’artistes, stimulés par la découverte de l’intérieur de la Chine où ils se replient, en tirent toutefois des formules nouvelles.

Une exposition qui témoigne de la découverte des peuples de l’Ouest

L’offensive japonaise de 1937 provoque l’installation du gouvernement à Chongqing, qui devient la capitale de la Chine libre. Les écoles des Beaux-arts, récemment créées, doivent également se replier vers l’Ouest du pays. Toutefois, la guerre ne signifie pas un arrêt de la création. Les territoires où se sont réfugiés les artistes vont même devenir l’une des sources principales de leur inspiration. Le contact avec les populations des provinces de l’Ouest suscite particulièrement l’intérêt des artistes. C’est le cas de Pang Xunqin (1906-1985), qui réalise une importante série de peintures représentant des femmes et des hommes Miao.

La peinture rouge et les encres révolutionnaires

En 1949, les communistes l’emportent sur les nationalistes et fondent la république populaire de Chine. La période maoïste (1949-1976) est caractérisée par une activité intense dans le domaine des arts. Crédités d’un pouvoir d’entraînement et de formation idéologique de la population, les artistes font l’objet d’un contrôle étroit et constant. Chaque œuvre, avant d’être exposée, passe par un processus de validation au cours duquel elle est soumise à l’avis de représentants du peuple et de cadres du Parti, puis retouchée en fonction des remarques reçues. En outre, nombre de peintres subissent des campagnes de critiques publiques, parfois virulentes et dévastatrices. Les artistes se doivent d’illustrer les épisodes marquants de l’histoire du Parti communiste chinois et de décrire l’avènement d’une Chine nouvelle.

Musée Cernuschi, 7 avenue Vélasquez, 75008 Paris

Du 21 octobre 2022 au 19 février 2023

Plan
X