« Les Cabanes de nos grands-parents »

Publié le 09/08/2022 - mis à jour le 09/08/2022 à 10H20

Nicolas Henry

Direction la Maison de la Planète à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, pour contempler la nouvelle exposition de Nicolas Henry : « Les Cabanes de nos grands-parents ».

La Maison de la Planète, qui fêtera sa première année en janvier 2023, est un lieu d’échange, d’apprentissage et d’expérimentation œuvrant dans le domaine de l’environnement et de l’écologie. Un espace où, ensemble, il devient possible de réfléchir à l’impact de l’homme sur la planète. Ce site, assez imposant et situé au 72 allée du Forum, accueille également des conférences, des débats et des expositions.

C’est dans ce cadre que l’artiste et le photographe Nicolas Henry expose une série de clichés autour d’un sujet original : celui des cabanes. Ces constructions, souvent rudimentaires, servent d’habitation et parfois d’abri pour les humains. Un endroit symbolique pour les petits comme pour les grands, teinté de mystères et de secrets. Construites à l’aide de bois ou de matériaux de récupération, les cabanes créent un lien entre l’homme et son environnement.

Diplômé des Beaux-Arts de Paris, Nicolas Henry possède un style très personnel, qui se développe à la frontière entre le portrait, le théâtre et l’installation. « Il fait jouer des personnages dans des univers oniriques construits par des communautés entières », nous décrit son site personnel. Sa série de photographies « Les Cabanes de nos grands-parents », dont le livre est paru aux éditions Actes Sud, met en avant les portraits des « Anciens », comme il les appelle, à travers le monde.

« En cinq ans, Nicolas Henry a réalisé quatre cents portraits dans une trentaine de pays. Pour chacun, avec les objets familiers de la personne photographiée, une cabane, un abri éphémère a été construit, reflet de son histoire, de son imaginaire… En écho à la photo, chacun raconte et se raconte, et nous dévoile un pan de son univers. Le projet est né d’un constat : notre monde est aujourd’hui dominé par l’image de la jeunesse, et celle d’une réussite sociale formatée. Quelle est la place des personnes âgées dans notre société où la transmission de la langue, des histoires et des traditions ainsi que la connaissance de la nature et de la biodiversité sont supplantées par les médias et les systèmes d’éducation ? ».

Des photographies monumentales et pleines de lumière, à découvrir à Boulogne-Billancourt.

• Maison de la Planète, 72 allée du Forum, 92100 Boulogne-Billancourt

Jusqu’au 30 septembre 2022

https://www.nicolashenry.com/

X