Où regarder le cinéma italien d’hier et d’aujourd’hui ?

Publié le 31/05/2021 - mis à jour le 07/06/2021 à 14H26

Netflix

Depuis longtemps, le cinéma italien ne se voit plus guère dans les salles, sinon à la Cinémathèque ou quelques adresses parisiennes classiques. La faute à qui ? À une organisation économique qui ne permet pas de diffuser grand-chose d’autre que les blockbusters américains ou internationaux et un cinéma français largement protégé. La faute peut-être aussi au cinéma italien qui s’est replié sur lui-même, qui à quelques exceptions est devenu moins « universel » et qui a cédé la place à la production de séries, d’ailleurs souvent très réussies comme Gomorra. Si le cinéma italien de ces dernières années existe bien, il n’est pas visible et il est difficile de le connaître, sinon les quelques rares films qui franchissent de temps en temps les frontières, souvent mal distribués. Où donc voir et (revoir) les films italiens d’aujourd’hui et d’hier ?

L’Italie selon Netflix. Des dizaines de films sont disponibles sur la plate-forme qui donne à voir tous les genres : la farce (Zio Gaetano e morto), la bluette biographique et romancée (Enrico Piaggio-Vespa), qui comme le titre l’indique, évoque la création de la Vespa, prétexte à croiser l’intrigue avec le tournage de Vacances Romaines de William Wyler, le film politique et social (Io sono libero), les comédies romantiques (Passione sinistra, Tutte le vogliono), le film pour ados (dont le très réussi Sous le soleil de Riccione, qui n’est d’ailleurs pas que cela). Ainsi se donne à voir le cinéma des années 2000-2020, manière d’évaluer les scénarios et les styles de mise en scène pas toujours inventives il est vrai. Les films sont souvent portés sinon sauvés par le jeu des acteurs, et c’est sans doute là le point majeur de ce qui est donné à découvrir : les nouvelles générations qui portent ce cinéma depuis quinze ans. Les « anciens » comme Michele Placido, élégantissime dans Io che amo solo te, accompagné de la non moins convaincante Maria Pia Calzone (que l’on avait déjà appréciée dans la série Gomorra) donnent le change face à l’impeccable Riccardo Scamarcio, peu connu ici mais qui a déjà à son actif 50 films depuis 2003 et que l’on peut voir aussi dans L’ultimo paradiso qui souffre d’une fin décevante. Une autre génération, celle d’acteurs de moins de trente ans, est par exemple représentée avec efficacité et talent dans Sous le soleil de Riccione, sorti en 2020 : Christiano Caccamo, Lorenzo Zurzolo, Ludovica Martino entre autres. Pour être complet, précisons que l’on peut aussi y revoir quelques classiques avec Sofia Loren, pas les plus réussis peut-être (Pain, Amour, Ainsi soit-il ou Sous le signe de Vénus) ou Alberto Sordi qui, dans Mio figlio Nerone, joue Néron aux côtés d’une Agrippine version Gloria Swanson et de Poppée, l’un des premiers rôles de Brigitte Bardot ! Et pour ne pas bouder son plaisir, pourquoi ne pas visionner les Gouapes parce qu’il y a Adriano Celentano et Claudia Mori. En 1971, date du film, ils sont déjà mariés. Le film n’est pas inoubliable, eux oui.

Et ailleurs ? Ailleurs, c’est par exemple Film&Clips. On ne sait pas grand-chose de cette chaîne hébergée par YouTube sinon qu’elle revendique 3,6M d’abonnés et qu’elle diffuse gratuitement des centaines de films italiens d’une autre époque, celle des années 50 à 80 essentiellement mais pas que. On y trouve des films de derrière les fagots, souvent inconnus, tous genres confondus, en ce compris les pires productions du western spaghetti. C’est là aussi matière à revoir les actrices et acteurs d’hier, comme Lorella De Luca ou Senta Berger qui faisait se pâmer les années 70 et Doudou le Napolitain joué par Nino Manfredi dans Opération San Gennaro. YouTube Ciné Vintage Classic offre aussi des pépites et des curiosités. Il y a d’autres chaînes YouTube à explorer. Quelque que soit la plate-forme, tout est quasiment en VO ! Comment serait-ce possible autrement ?

X