Perles de jazz : albums hommage

Publié le 18/07/2023

Le jazz aime se promener dans les traces de celles et ceux qui en ont gravé les notes pour l’éternité. Les albums hommage sont un classique du genre.

Kareen Guiock-Thuram

Ella. Avec Impressions of Ella, Robin McKelle grave son huitième et superbe album. Onze morceaux, dont des standards comme « How high the moon », « Lush life », ou l’inoxydable « April in Paris » honorent Ella Fitzgerald. Écouter aussi son scat sur « Robbin’s Nest ». Avec en prime sur « I won’t dance » un certain Kurt Elling en duo, et un peu de français. Le tout enrobé par Kenny Washington et Peter Washington sur des arrangements signés Xavier Davis. À noter la présence de Kenny Barron qui, à quatre-vingts ans, est un jeune homme dont on ressort la session enregistrée au studio de Rudy Van Gelder. Il sera cet été présent dans de nombreux festivals, comme Robin McKelle, qui sera entre autres à Vitrolles, Marciac et en terre ombrienne au festival Ombria Jazz. Elle est déjà programmée au New Morning. Ce sera en novembre.

Nina. Dédié à Nina Simone mais aussi à « Ma planète bleue. À ma Caraïbe. À ma Terre rouge. Aux Ancêtres. Aux Tigres et aux Dragons », l’album Nina est un petit bijou. Kareen Guiock Thuram, que l’on connait aussi comme journaliste télé, propose quatorze titres, dont des classiques comme « Mr Bojangles » ou « I put a spell on you ». Il y a aussi des compositions signées de l’artiste, aux côtés de Dominique Fillon, comme « Diva ? », « Leçons d’être » ou « Le vent des rêves ». Et ce ne sont pas les moins intéressantes. Arrangé par Dominique Fillon, l’album est boosté par la présence d’une vingtaine de musiciens, d’où la richesse sonore et mélodique de l’ensemble. À noter : une superbe version aérienne de « Ne me quitte pas ». Album haute couture, il pousse le luxe jusqu’à créditer la Christian Louboutin Team. So Chic.

Chet. « From E. to C » ouvre l’album. L’hommage est clair. Rien d’étonnant. « E » c’est Enrico Pieranunzi, qui fut aussi le pianiste de Chet Baker. Huit compositions originales signées de l’artiste, comme une présence à travers le temps. Rien n’est mort. La vie c’est le jazz. Pieranunzi, pianiste délicat et toujours inspiré est ici accompagné de Bert Joris à la trompette (aussi chef d’orchestre du Frankfurt Radio Big Band et arrangeur) et de musiciens doués qui prennent des solos sacrément efficaces. Un bel album.

Plan
X