Pinzutu

Publié le 21/10/2021 - mis à jour le 25/10/2021 à 10H36

Le stufatu de veau aux olives, servi en cocotte.

Pinzutu

Quand la Corse se retrouve à Neuilly-sur-Seine…

Est-ce les propriétaires et chefs, est-ce l’âme corse, est-ce les charcuteries qui attirent la clientèle ? Toujours est-il que ce Pinzutu a semblé réunir des habitués et des gourmands bons vivants.

Directeur de divers établissements à Paris, dont le petit Champerret dans le XVIIe arrondissement à Paris, Gérard Castellani a voulu faire honneur à sa Corse natale. Alors, direction Neuilly-sur-Seine, à proximité de la porte Maillot et à 50 mètres de l’avenue Charles de Gaulle.

« Pinzutu » signifie « celui qui vient du continent », surnom donné à Gérard Castellani quand il revenait au « pays ».

Le logo au sanglier donne le ton, car il est un symbole fort de l’île et, avec les charcuteries, on ne rigole pas en Corse ! Avec elles, l’occasion d’accompagner votre verre d’apéritif (18 € pour 1 personne ou 30 € pour 2).

Pour démarrer, optez pour l’œuf mollet frit à la châtaigne, tomme corse, et champignons (14 €), plutôt que la raviole de langoustine fondant de porru au cap corse blanc qui est assez sèche et servie avec insuffisamment de sauce (15 €).

En plat principal, le risotto de gambas est joliment présenté, comme un buisson dans lequel seraient piqués les crustacés. Accompagné d’une bisque à la népita (herbe aromatique du maquis), le risotto est délicieux et les gambas goûteuses (28 €).

Mais si vous voulez vraiment vous évader sur l’île de Beauté, dépaysement déjà assuré par les murs peints en bleu profond comme la couleur de l’eau là-bas, le stufatu de veau aux olives est un bon ragoût servi en cocotte, un de ces plats revigorants qu’on a envie de manger aux premiers frimas. Jusqu’au fond, les pommes grenaille permettent de saucer allègrement et sans impunité (24 €) !

Coté douceur, on s’évade un peu de Corse avec l’excellent mille-feuille praliné et sa crème montée aux marrons (15 €). Un feuilletage parfait : léger et croustillant, un praliné et une crème aux marrons artisanaux. Plus localement, c’est un fiadone au brocciu et au citron qui peut vous attendre ou une torta moelleuse à la châtaigne (13 €).

Bien sûr, pour vous rafraîchir ou délecter, un vin corse s’impose dans ce cadre et toutes les régions de l’île sont représentées : le Domaine Vico et le Clos Venturi pour le centre ; les Domaine A Ronca et Alzipratu Fiumeseccu, l’Enclos des Anges pour Calvi ; le Domaine Canarelli pour Figari ; les Domaine Peraldi Clos Cardinal et Peraldi pour Ajaccio.

Le repas vous apportera du baume au cœur à défaut du soleil corse ; en témoigne la gentillesse du personnel et l’attention à chaque convive.

Plan
X