Qui veut les Croix de Bois ?

Publié le 09/06/2021 - mis à jour le 10/06/2021 à 9H42

Extrait de la bande dessinée Les Croix de Bois, dessins de Facundo Percio, scénario de JD Morvan.

Albin Michel

Roland Dorgelès (1885-1973), dont le vrai nom était Roland Le Cavelé, n’est pas l’auteur d’un seul livre, comme on pourrait le croire en ne citant que son plus célèbre Les Croix de bois. En effet, sa bibliographie compte 55 titres. On peut dire que sa plume a su courir sur le papier pour le meilleur, la littérature et le souvenir. Le roman Les Croix de Bois fut publié en 1929 par Albin Michel et fut couronné par le prix Femina. On sait qu’il échappa au prix Goncourt à deux voix près, face À l’ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust. L’édition originale des Croix de Bois a été tirée à 15 exemplaires sur Japon et à 40 sur Hollande, tous numérotés. La couverture est illustrée d’une vignette de Jean-Gabriel Daragnès. Cet ouvrage compte de nombreuses rééditions, ceci dès l’année de parution avec un second tirage. Ce dernier se distingue par la mention sur la page de titre : « Couverture de Daragnès », alors que sur l’originale, elle, indique « Frontispice de Daragnès », ce qui est une erreur puisqu’il s’agit d’une grande vignette.

Dès 1921, les Éditions de la Banderole sortaient une nouvelle édition comprenant 40 dessins dans le texte, dont une vignette de titre et 10 pointes-sèches originales, dont un frontispice par André Dunoyer de Segonzac (1884-1974). Elle a été tirée à 600 exemplaires, dont 1 sur vieux Japon, 20 sur Japon impérial, 60 sur Hollande sur Lafuma teinté. Dunoyer de Segonzac a également illustré les deux autres titres de la trilogie, La Boule de Gui (1922) en édition originale chez le même éditeur, avec un tirage semblable aux Croix de Bois, mais avec 41 dessins et 5 pointes sèches en noir. La suite, Le Cabaret de la belle femme, est en revanche sortie chez Émile-Paul Frères en 1924, orné par 45 ou 51 dessins dans le texte et 8 eaux fortes originales hors texte. Il a été tiré à 640 exemplaires dont 40 sur Japon impérial, 80 sur Hollande et 520 sur vergé de Rives.

Si les bibliophiles apprécient cette trilogie, outre leur texte, pour cette unité du style de l’illustrateur, ils ont laissé sur la table de la maison de ventes Ribeyre Baron, les trois volumes reliés par H. Blanchetière en maroquin janséniste rouge sang, dos à 4 nerfs, encadrement intérieur du même maroquin avec multiples filets dorés, doublure et gardes moirées rouge sang, doubles gardes, tranches dorées sur témoins, couverture et dos, sous étuis, estimés 800/1 000 €.

Les amateurs pourront se rattraper avec un album dessiné d’après Les Croix de Bois, adapté et scénarisé par JD Morvan et dessiné et colorié par Facundo Percio. Ces dessins sépia pour décrire la vie dans les tranchées et bleuis pour décrire la vie en dehors de Dorgelès, sont efficaces et poignants. Dunoyer de Segonzac les aurait appréciés.

Plan
X