Un autre regard de Mauro Corda

Publié le 29/09/2022 - mis à jour le 29/09/2022 à 10H38

Astronautes, résine

Studio SLB/Christian Baraja et Erik Lassalle

L’être humain – dans sa complexité, sa diversité physique – figure parmi les thèmes privilégiés de cet artiste qui surprend et, au-delà, intéresse et questionne. « Un autre regard », c’est celui porté sur le nanisme au fil de l’exposition.

Entre vérité et parfois facétie, ce sculpteur s’intéresse à la différence qu’il arrive à sublimer dans son œuvre. Il s’interroge sur le regard porté aujourd’hui, comme hier d’ailleurs, sur ces personnes hors normes qui, malgré toutes les difficultés, mènent une vie tout à fait normale dans de nombreux domaines.

Issu d’une famille originaire de Sardaigne, Mauro Corda est né en France en 1960. Diplômé de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Paris, il obtient une bourse à la fin de ses études qui lui permet d’approfondir son enseignement, entre 1985 et 1987. Éprouve-t-on un malaise devant ces personnages hors normes qu’il nous propose, évidemment non, car cet artiste leur confère une forte présence dans une vérité sublimée. Il associe l’inspiration classique à sa créativité, compose des œuvres très diverses, toujours soucieux de vérité, en un style témoin de sa maîtrise de la matière qu’il travaille : bronze, fer, résine, acier parmi d’autres.

Se confronter à la différence sans se référer aux normes mais avec un regard d’humanité, telle est son approche. Quelle différence avec la normalité ? Aucune, si ce n’est physique qui, finalement, devient presque un détail. Une démarche singulière mais aussi humaine de Mauro Corda : un sculpteur qui met son talent au service de l’être dans la rigueur de la création. On découvre des personnalités multiples : cosmonautes au visage expressif, déterminé, remarquablement travaillés en des bronzes qui réinventent leur costume ; capitaine américain à la belle autorité, en une résine colorée de bleu, rouge, blanc… Réalisant ses œuvres dans un esprit contemporain, ce sculpteur n’a pas oublié sa culture classique : il s’inspire de ses grands prédécesseurs, de la tradition, et cette union entre passé et présent confère une vraie singularité à sa création. C’est ainsi qu’il se réapproprie des personnages exécutés par des artistes de différentes époques, depuis la Vénus de Milo jusqu’au superbe David de Michel-Ange. On aperçoit Louis XIV, d’après Hyacinthe Rigaud qui, malgré sa petite taille, n’a rien perdu de sa grandeur ; une belle réalisation en résine et feuilles d’or. Les grandes religions l’ont également inspiré ; il les représente par des personnages debout, alignés côte à côte, portant leurs différents costumes. Quant au Penseur de Rodin, sa puissance de réflexion est toujours présente.

À travers ces sculptures, Mauro Corda interroge la notion d’identité, nos réactions devant les différences sans complaisance, et qui peuvent conduire à l’exclusion. Une œuvre éminemment personnelle, incitation à une réflexion sur nos certitudes souvent infondées.

• Pavillon Vendôme, 2 rue du Guichet, 92110 Clichy

Jusqu’au 31 décembre 2022

Plan
X