Un peintre et un sculpteur dialoguent

Publié le 26/07/2018

DR

Bernard-Christian Pierron est un peintre passionné par le cosmos, par cette dimension sidérale qui nous dépasse. Alain Mailland sculpte le bois, crée des œuvres aux formes allusives d’une rare élégance. Deux créateurs, deux tempéraments qui se complètent, chacun empruntant un chemin personnel, ils s’enrichissent mutuellement.

Mondes intérieurs, le titre de l’exposition, entre parfaitement en résonance avec leur travail né de la réflexion autant que de l’imagination. Ces artistes nous entraînent loin des sentiers battus avec des œuvres singulières, attirantes.

Les compositions de Bernard-Christian Pierron ne se décryptent pas, elles se reçoivent et s’imposent par leur beauté, leurs fulgurances, leur éclat. Il se révèle alchimiste de la lumière qui baigne ses toiles, les dynamise, les enflamme, exalte la palette sans description mais au gré des rythmes, des ruptures, des alternances d’opacité et de transparence. Il révèle pour nous les galaxies, tout l’univers cosmique constitué de chaos et de zones paisibles, de cataclysmes et de collisions puis vient la paix. Bernard-Christian Pierron réécrit l’espace dans sa complexité, selon sa vision intime, sa méditation en un chant poétique reflet de son monde intérieur. Travaillées dans la couleur : bleu tendre, orangé éclatant, ocres et en une matière fluide qui porte ici et là des coulées de peinture, ses compositions semblent parfois s’évader hors des limites de la toile pour continuer leur route. Le spectateur est emporté loin des contingences matérielles dans ce monde inconnu et superbe que l’artiste brosse, entre contrôle et liberté.

Cet univers des planètes en expansion fascine, est un tremplin pour l’imaginaire tout autant que l’expression d’une réalité rêvée réalisée en de remarquables harmonies colorées d’une vraie subtilité. Aller au-delà du visible dans une œuvre informelle et construite, ainsi Bernard-Christian Pierron met l’espace au cœur de sa création en une méditation poétique et esthétique.

Le parcours d’Alain Mailland est intéressant. Après avoir étudié à l’école d’art de Cergy-Pontoise, celui-ci a travaillé comme charpentier et menuisier mais ces activités ne comblaient pas ses désirs et, en 1987, il décide de s’initier au tournage. À partir de 1993, il s’épanouit dans le tournage sur bois et devient sculpteur. Remarquable de finesse, d’invention, d’élégance, son œuvre entre abstraction et figuration est unique.

Comment à partir d’un tronc massif parvenir à tant de finesse, de raffinement ? Comment transformer bruyère, micocoulier, cerisier et autres essences de la garrigue dans le Gard, où il réside en sculpture ? C’est tout le secret, le mystère de cette création. En des formes légères, aériennes parfois, l’artiste célèbre ce qui l’émerveille, l’intrigue ou l’émeut. C’est ainsi pour Naissance des Drakkars,sorte de vaisseau fantastique puissant ou L’élégance de Pélagie, anémone de mer réinventée, vivante. La matière noble qu’est le bois se prête à cette transformation, à cette nouvelle vie de beauté, de grâce parfois. Fleurs, végétal, animaux, éléments marins, Alain Mailland en donne son interprétation faite d’indépendance vis-à-vis de la réalité et d’admiration.

Ce sculpteur maîtrise un art difficile qui nécessite attention et précision ; il est en constantes recherches. Insolite et attirante, cette création aux thèmes divers, parfois hybrides, exécutée dans le souci des rythmes et de leur mystérieuse évolution se libère avec intelligence de la matière. Le geste s’accomplit avec aisance, polit le bois parfois coloré de pigments, acrylique et crayon de couleurs.

Ces deux artistes au talent innovant sont à découvrir dans cette belle région du Perche.

LPA 26 Juil. 2018, n° 138a8, p.21

Référence : LPA 26 Juil. 2018, n° 138a8, p.21

Plan
X