Willy Rizzo, Cinecittà à Paris

Publié le 06/04/2017

C’est au 12, rue de Verneuil, dans le VIIe arrondissement, à quelques mètres de la maison de Gainsbourg devant laquelle les jeunes posent pour des photographes qui adorent se prendre pour des artistes, que le studio Willy Rizzo met en scène l’exposition Rendez-vous à Cinecittà.

Elsa Martinelli et Marcello Mastroianni photographiés par Willy Rizzo en 1965.

DR

Canonisé par Hergé qui s’en inspira pour son personnage de Walter Rizzoto dans Les bijoux de la Castafiore, capable d’avoir photographié Dalí les moustaches en bas, auteur de grands reportages en temps de guerres, Willy Rizzo est un incontournable personnage de l’art photographique.

Rendez-vous à Cinecittà narre les reportages de Rizzo à Rome dans les années 1960. C’était du temps de Marcello Mastroianni et d’Elsa Martinelli, icône injustement oubliée en France. On aime cette photographie des deux à Rome, Marcello au-devant, pensif, énigmatique, Elsa dans l’encoignure, en déshabillé qui semble devoir se jouer de lui.

Photographier c’est capter l’énigme.

Sur deux niveaux, les photos noir et blanc ou couleur donnent à voir des visages. Ceux de Virna Lisi, classieuse, ou de Sandra Milo, sublime, nous happent. Aussi Ponti et la Loren, Fellini et bien d’autres…

Merci Monsieur Rizzo…

D’autres photographies ont croqué Rome en quelques scènes de rue, tout en élégance, légèreté et malice.

Au sous-sol, une petite salle façon cinéma projette quelques extraits de films, histoire de se plonger dans l’air du temps de l’époque. Les œuvres présentées sont à la vente, la plupart aux prix de 3 000 et 6 000 euros. L’entrée est gratuite. En prime, le jour de notre visite, l’accueil était assuré par deux jeunes femmes qui parlaient italien. Bref, on est à Rome ! Il ne manque plus qu’on nous prenne en photo…

 

LPA 06 Avr. 2017, n° 124q8, p.15

Référence : LPA 06 Avr. 2017, n° 124q8, p.15

Plan
X