Seine-et-Marne : La fermeté du préfet contre les accidents de la route et les violences

Publié le 12/04/2024

Pierre Ory, préfet de la Seine-et-Marne depuis le 6 septembre 2023, n’a pas la main qui tremble, surtout s’il s’agit de la sécurité de ses administrés. En neuf jours, il a décidé de renforcer les sanctions contre les conducteurs dangereux, de limiter nuisances et violences à Melun et, ce 12 avril, d’autoriser une surveillance par drone pour prévenir tout acte terroriste.

Drone, vidéosurveillance
Kadmy/AdobeStock

Des paroles aux actes. Dès sa nomination, le préfet Ory avait assuré à nos confrères du Moniteur  qu’il lutterait contre la délinquance routière, les violences et trafics, et qu’il n’hésiterait pas à prononcer des obligations de quitter le territoire (OQTF), avec toutefois l’intention d’étudier les dossiers individuels « consciencieusement ». M. Ory se soucie aussi de préparer les Jeux olympiques et paralympiques, le département accueillant un site à Vaires-sur-Marne. Donc des milliers de supporters. Cela suppose la mise en place des moyens de surveillance. Des drones, entre autres.

Ce vendredi 12 avril, bien que sans rapport avec les JO, il a d’ailleurs pris un arrêté autorisant une captation d’images au moyen de caméras fixées à un drone qui a survolé la commune de Varennes-sur-Seine entre 7 et 14 heures. La mesure fait suite à la découverte, dans la nuit de mercredi à jeudi, d’une inscription menaçante et du slogan « Palestine vivra » sur un tableau d’affichage près du pont de la SNCF. La police seine-et-marnaise enquête dans le cadre du plan « Urgence attentat ».

Déjà 20 morts sur les routes en l’espace de trois mois

Le préfet Ory s’est également alarmé, le 3 avril, de l’augmentation de décès par accident sur la voie publique. À son arrivée à Melun en septembre, il s’était déjà inquiété du nombre de tués – 46 en neuf mois. À la fin mars, ils étaient 20, contre 12 sur la même période en 2023. « Parmi les causes les plus représentées », relevait-il, « la vitesse, la consommation d’alcool et de stupéfiants, l’usage d’un élément distracteur pendant la conduite – le plus souvent un téléphone portable –, le non-port de la ceinture de sécurité ou la somnolence ». « Cette situation ne peut plus durer », indiquait-il alors. Par conséquent, le haut fonctionnaire a « demandé aux forces de sécurité la plus grande sévérité » et « une hausse des contrôles de sécurité pour les prochaines semaines afin de sanctionner les comportements dangereux ».

Une quarantaine d’épiceries fermées dès 22 heures à Melun

Autre arrêté très commenté, pris le 8 avril par Pierre Ory, sur proposition du maire (Horizons) de Melun, Kadir Mebarek, comme l’a révélé Actu.fr à la sortie du dernier conseil municipal : la fermeture des épiceries dès 22 heures pour que cessent les nuisances et troubles à l’ordre public dans la ville de Melun. Les violences y sont en recrudescence, parmi lesquelles des rixes entre personnes alcoolisées, voire contre les passants. Le maire a enregistré de plus en plus de plaintes, notamment des riverains qui vivent aux abords de ces commerces parfois ouverts jusqu’en milieu de nuit. Les policiers sont également très sollicités.

Entré en vigueur mardi 9 à l’heure dite, l’arrêté du préfet concernerait, selon Le Parisien, « 40 épiceries ». Elles sont situées dans le centre-ville, sur les quais de Seine, dans les secteurs de l’Île Saint-Étienne (notamment aux abords du centre pénitentiaire et de l’université Panthéon-Assas), de la gare, des centres commerciaux et de la préfecture. Ces magasins faisaient déjà l’objet d’une interdiction d’alcool entre 21 heures et 8 heures mais les policiers municipaux avaient constaté qu’elle était diversement appliquée. La mesure prendra fin le 30 septembre, après les JO, ou sera reconduite.

 

 

Plan
X