Responsabilité des avocats 2021-2022 : civile, disciplinaire, pénale

Publié le 13/01/2021

L’évolution des règles de responsabilité de la profession d’avocat ne s’est pas cantonnée aux tournants majeurs qu’ont été les fusions en 1971 avec les avoués d’instance, en 1991 avec les conseils juridiques et en 2011, avec les avoués d’appel. Elle a également été marquée par des étapes telles que l’adoption d’un Règlement intérieur national en 2005 venu compléter le décret du 12 juillet 2005, la création des Conseils régionaux de discipline ou la réforme des formations initiale et continue. Autant de règles qui, conjuguées avec celles du droit commun, tendent à délimiter les responsabilités civile, pénale et disciplinaire de l’avocat.

La responsabilité civile fait l’objet d’une jurisprudence abondante qui nourrit les obligations auxquelles l’auxiliaire de justice est astreint. Mais les critères d’appréciation de la faute varient selon que l’on se situe en matière judiciaire, procédurale ou juridique. Dans ce dernier cas, la possibilité dorénavant offerte aux avocats d’être fiduciaire, mandataire sportif ou en transaction immobilière fera également bouger les critères d’appréciation, tout comme la portée de l’assurance de responsabilité professionnelle. La responsabilité disciplinaire, à l’aune des décisions des conseils régionaux de discipline, est la matière à travers laquelle transparaît la modernisation de cette profession pourtant attachée à préserver ses valeurs fondamentales. Enfin, la responsabilité pénale, aspect trop souvent négligé, est ici présentée de manière inédite. Traité sous un angle concret, l’ensemble des infractions applicables à l’avocat y est répertorié et abondamment illustré.

À lire également

Référence : LPA 13 Jan. 2021, n° 158x4, p.3

Plan
X