Hauts-de-Seine (92)

Cité de l’histoire à La Défense : pédagogie scientifique ou spectacle démagogique ?

Publié le 27/09/2022 - mis à jour le 27/09/2022 à 11H05

Cité de l’histoire à La Défense : pédagogie scientifique ou spectacle démagogique ?

Suite au succès de son exposition immersive sur Notre-Dame-de-Paris, le site de la Grande Arche de La Défense s’apprête à ouvrir cet automne une ambitieuse (ou curieuse ?) Cité de l’histoire. Éclairage.

En janvier 2021, sous la Grande Arche de La Défense, une exposition peu ordinaire ouvrait ses portes. Plus de deux ans après qu’un incendie a touché la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, l’exposition Éternelle Notre Dame permettait à toute personne privée de visite de s’immerger dans l’histoire de la bâtisse et de rencontrer virtuellement ceux qui l’avaient construite et faite vivre des siècles durant. Grâce à des casques de réalité virtuelle, les visiteurs pouvaient vivre 45 minutes d’expérience, plus que d’exposition. Cette façon de vivre, de ressentir l’histoire plus que de la consulter passivement, c’est ce qui fait le sel des grandes expositions historiques ou scientifiques modernes (à l’image de celle du Titanic, qui fait le tour du Monde et propose aux visiteurs de poser leurs mains sur un glaçon géant, ou des cinémas dynamiques Vulcania qui donnent à voir la naissance des volcans d’Auvergne).

Forte de son succès, la société Amaclio Productions, spécialiste des projections ou des mises en lumières spectaculaires mettant en valeur le patrimoine architectural français, a décidé de transformer l’essai. L’objectif de son nouveau projet, la Cité de l’histoire qui ouvrira le 22 octobre prochain sous l’Arche de LaDéfense, n’est plus simplement de donner à voir sous toutes ses précieuses coutures un bâtiment hautement symbolique, mais bien de plonger le spectateur dans l’histoire de l’humanité en trois heures ! L’équivalent technologique d’une lecture expresse de tous les livres d’histoires du collège…

L’exposition, dont le tarif de lancement est fixé à 15 euros, permettra d’explorer une gigantesque frise chronologique agrémentée de tablettes et de films. À la façon de la formidable exposition permanente du Louvre Lens où l’on découvre l’histoire de l’humanité par l’entremise d’objets et d’œuvres d’art de diverses civilisations disposés de façon chronologique. Puis l’exposition proposera une déambulation de 40 minutes novatrice : de scènes en scènes, les spectateurs guidés par des acteurs (comme au Manoir de Paris) se positionneront comme des témoins de l’histoire de France : ils traversent 17 pièces retraçant douze siècles d’histoire. Si l’on en croit les illustrations à disposition sur le site web, la promesse est de ressentir le frisson de la prise de la Bastille. Dans une gigantesque salle dotée d’un écran à 360 degrés, les visiteurs seront ensuite embarqués dans le quotidien d’un grand personnage de l’histoire et plusieurs fois par jour un spectacle visuel sera donné, écrit par le vulgarisateur Franck Ferrand.

Véritable lieu culturel ou Puy du Fou francilien ?

L’Île-de-France regorge de musées ou de lieux consacrés à l’histoire, et le Louvre est loin d’être seul : pour n’en citer que quelques-uns, il y a le Musée de l’histoire de l’immigration (Porte Dorée), celui d’art et d’histoire du judaïsme (dans le Marais), le Musée de la chasse, la tour de Jean-Sans-Peur, le Musée de Cluny (consacré au Moyen Âge), le Musée de l’armée aux Invalides et bien évidemment le Muséum d’histoire naturelle. On peut visiter les Catacombes, les domaines de Rambouillet, Chantilly ou de Versailles, et chaque fois profiter des lumières des visites guidées : alors pourquoi une Cité de l’histoire ?

« Ce qui manquait à Paris et à l’Île-de-France c’est une cité de l’histoire », explique dans une courte vidéo l’auteur et vulgarisateur Franck Ferrand qui a imaginé les différents parcours des expositions, et rédigé les textes qui guident le visiteur dans l’histoire de Charlemagne ou Victor Hugo, ou le lance sur les traces du Général de Gaulle. Une formulation très positive en apparence, mais qui pourrait cacher autre chose qu’une intention de créer un Puy du Fou francilien où tous et toutes auraient les moyens de se connecter à un passé qui les domine. Pour en savoir plus rendez-vous est pris le 22 octobre à La Défense !

Plan
X