Assises nationales des déchets : la région des Pays de la Loire, moteur sur l’économie circulaire

Publié le 14/10/2019 - mis à jour le 14/10/2019 à 17H17

La 15e édition des Assises nationales des déchets s’est tenue les 2 et 3 octobre derniers à la Cité des Congrès de Nantes. Réunissant plus de 700 acteurs locaux, nationaux et internationaux, l’événement abordait cette année la notion d’économie circulaire, dans une région moteur sur le sujet.

Séance plénière aux Assises nationales des déchets ©Vincent Jacques

 

La 15e édition des Assises nationales des déchets, manifestation réunissant politiques, scientifiques, mais également collectivités, industries et associations environnementalistes, s’est tenue cette année dans un contexte particulièrement fort. Intitulée « déchets et ressources : contraindre ou inciter ? », la biennale portait cette édition sur l’économie circulaire.  Une thématique d’actualité, le projet de loi* porté par Brune Poirson, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, étant actuellement en plein débat parlementaire.

 

L’économie circulaire, définition

Jean-Michel Buff, vice-président des assises nationales des déchets ©Vincent Jacques

Ces rencontres, organisées sous l’égide du ministère de la Transition écologique et solidaire, se tiennent depuis 1991 dans la région des Pays de la Loire. Organisées autour de débats, ateliers et assemblées plénières, elles peuvent avoir un impact sur les mesures légales prises en France. « L’idée des Assises est de faire échanger en profondeur nombre d’acteurs, dont des universitaires ou des sociologues, sur une thématique. Leurs réflexions peuvent ensuite parvenir jusqu’aux parlementaires », détaille Jean-Michel Buf. Spécialiste de l’économie circulaire, Jean-Michel Buf est conseiller régional des Pays de la Loire, vice-président délégué à l’économie circulaire et vice-président des Assises nationales des déchets. Il précise la thématique de cette année : « l’économie circulaire se définit comme un modèle de consommation qui prône l’éco-conception, le réemploi ou la réparation des objets », explique-t-il. « Nous sommes là à l’encontre d’un schéma « j’extrais, je produis, je consomme, je jette ».

 

Innovations dans les Pays de la Loire

La région des Pays de la Loire, en créant un plan régional d’actions en faveur de l’économie circulaire (PRAEC), a décidé de mettre en place 26 actions concrètes sur son territoire. Toutes portent sur l’économie circulaire. « Une de nos mesures phares est l’action que nous menons sur le Grand port maritime Nantes Saint-Nazaire. Nous souhaitons que collectivités et entreprises travaillent ensemble sur la réduction des déchets et des flux d’énergie de cet acteur majeur de l’économie locale », indique Jean-Michel Buf. Autre innovation chère au territoire, l’intégration de l’économie circulaire dans la commande publique. « Nous pourrons par exemple inclure les notions de matériaux recyclés ou biosourcés dans les commandes liées au secteur du bâtiment », précise-t-il. Pour ce dernier, « en agissant par la preuve, en montrant que cela fonctionne, nous pouvons faire évoluer la loi. Le législateur doit faire changer les normes en matière de commande publique responsable. La région est là pour mettre de l’huile dans les rouages. »

 

*Le texte de loi « Lutte contre le gaspillage et économie circulaire » est programmé en session en novembre prochain à l’Assemblée Nationale.

À lire également

Plan