Black Music Justice, une histoire judiciaire des musiques noires

Publié le 16/01/2024

Dans son nouvel opus, Black Music Justice, une histoire judiciaire des musiques noires, Fabrice Epstein, avocat à la cour et chroniqueur à Rock&Folk, s’attaque à l’histoire judiciaire des musiques noires des années 30 à nos jours, après avoir déjà traité dans un précédent livre du Droit, Justice et rock’n’roll.

Vaste programme tant il y a à dire sur le sujet… car s’il y a un art qui a connu toutes les infamies, on peut dire que la musique à travers le jazz, le blues, la soul, le rock’n’roll, ou le rap drainent leurs lots d’histoires rocambolesques entre petits arrangements et grands procès.

Avec une connaissance pointue de l’histoire de la musique mais également du monde judiciaire, Fabrice Epstein, retrace à travers un plan exhaustif en 61 chapitres les petites histoires du monde de la musique qui ont traversé la grande histoire.

Entre guerres intestines entre artistes, impresarios véreux, règlements de compte, guerre de successions mais aussi impunité et appropriation culturelle, Fabrice Epstein démonte une après une les grandes affaires du monde de la musique noire.

C’est intelligent, savant, dans un style enlevé, on en apprend bien plus sur la musique et la société par ces petits chapitres qui relatent la problématique juridique et l’issue donnée au conflit que tout un cour magistral sur l’histoire contemporaine.

De Led Zeppelin, en passant par Tina Turner, Aretha Franklin, James Brown, Les Jackson, Jay -Z ou Kanye West, et même notre MC Solaar national, et bien d’autres encore, on découvre ou redécouvre et surtout on comprend mieux comment les relations quasi-incestueuses entre musique, justice et société ont façonné notre monde. Et si l’auteur reconnait lui-même que le terme de musique noire peut être critiqué, il relève une réalité bien concrète comme le prouve ce livre.

Une lecture qui mérite d’être accompagnée de votre meilleure playlist, ou de celle suggérée à la fin du livre.

Plan
X