La sculpture de Claire Montoya

Publié le 10/06/2021 - mis à jour le 11/06/2021 à 9H55

Sculpture en verre de Claire Montoya.

DR

« L’art est le lieu de la liberté », écrivait le poète André Suarès. Et c’est bien ce dont témoignent les sculptures de verre dans lesquelles Claire Montoya laisse s’épanouir sa créativité en une indépendance remarquable. Dans cette œuvre, l’abstraction n’est pas stérile car elle est en lien avec la nature dans une transposition éminemment personnelle de fonds marins, parois rocheuses ou vues aériennes de paysages.

Claire Montoya était peintre de tendance abstraction lyrique lorsqu’elle a rencontré à l’occasion de travaux d’urbanisme, des architectes qui lui ont fait découvrir : béton, bois, métal, verre, matériaux lui ouvrant d’autres horizons. C’est ainsi que lui est venu le désir de s’exprimer en trois dimensions. Le verre a eu sa préférence, et en particulier le « Bullseye » en raison de son éclat cristallin. Cependant, la peinture demeure essentielle pour l’artiste par les vibrations colorées qu’elle permet, elle a donc décidé de l’associer à l’intérieur de structures transparentes à la géométrie adoucie et aux formes multiples.

L’exigence : un maître mot pour Claire Montoya ; avec intelligence et invention elle compose des œuvres dans lesquelles elle synthétise la nature en une esthétique qui lui est propre. Elle rend la beauté des éléments, l’eau animée, la roche, les champs traduits par des strates de couleurs. Elle réalise parfois des bas-reliefs aux superbes fulgurances de couleurs et de rythmes et encore des cascades ; la vie anime toujours ces créations. Dans cette abstraction dynamique s’inscrit toute la poésie de la nature. Les volumes colorés, du rouge incandescent au jaune lumineux, du vert tendre à l’ocre, incrustés dans la matière confèrent la vie à cette nature réinventée et vivante. L’artiste joue avec l’espace et les formes. De la fragilité du verre, elle en fait une force l’associant à la vigueur de la palette pour des compositions dans lesquelles apparaît toute sa maîtrise.

De cette métamorphose du verre qui sous ses doigts s’anime, prend une nouvelle dimension, se dégage un lyrisme contrôlé. Peinture et sculpture ainsi réunies réinventent la nature mais la nature elle-même n’est-elle pas parfois abstraite ? Il ne suffit que d’observer les images du désert éthiopien où tout n’est que lignes différemment colorées ; on retrouve là des correspondances avec les compositions de l’artiste.

Des petites pièces aux plus grandes créations, Claire Montoya témoigne d’une inspiration permanente, de la vitalité de sa création. Elle invite le spectateur à redécouvrir divers paysages, chacun le reconstituant selon sa sensibilité.

Plan
X