De quelques aspects contemporains de la sous-traitance

Publié le 11/08/2016

La loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance a 40 ans. En quelque 22 articles, le législateur s’est appliqué à établir des principes féconds en conséquence. Les traités et les manuels ne manquent d’ailleurs pas de présenter le régime du contrat de sous-traitance. Mais les auteurs, légitimement perplexes, regrettent que bien des points aient été laissés dans l’ombre.

De quelques aspects contemporains de la sous-traitance, publié par les éditions LGDJ, qui est la suite éditoriale du colloque annuel organisé par le master 2 Juriste d’entreprise de l’université François-Rabelais, s’est précisément donné pour objet de porter un regard critique sur quelques aspects contemporains de ce mécanisme. Le lecteur, qu’il soit en formation ou bien qu’il pratique la matière, devrait ainsi mieux apercevoir la façon dont les droits (i.e. droit du contrat, droit administratif, droit de la concurrence, droit du travail, droit de la responsabilité) appréhendent à la fois l’organisation contractuelle de l’opération de sous-traitance (première partie) et l’environnement dans lequel celle-ci s’insère (deuxième partie).

Sous la direction de Julien Bourdoiseau, Martin Oudin et Vincent Roulet, maîtres de conférences à l’université François-Rabelais de Tours.

Avec les contributions de Gwenola Bargain, Alexis Brunelle, Cécile Hablot, Alain Homps, Benjamin Lavergne, Christophe Radé, Olivia Sabard et Hadi Slim.

 

À lire également

Référence : LPA 11 Août. 2016, n° 119z6, p.3

Plan
X