Droit des sûretés

Publié le 17/10/2016

Lorsque les créances sont à exécution immédiate, elles disparaissent aussitôt qu’elles sont nées. Mais quand l’exécution est différée, le créancier court un risque d’inexécution et cherchera bien souvent des garanties de paiement. En ce sens le droit des sûretés est lié au crédit auquel il ajoute la sécurité : il n’y a pas de crédit sans sûreté et d’économie moderne sans crédit. La sûreté est donc un instrument juridique majeur au service de l’économie de marché.

Droit des sûretés, publié par les Presses universitaires de France, est à jour des réformes 2016.

Yves Picod est professeur agrégé en poste à l’université de Perpignan Via Domitia, doyen de la faculté de droit et des sciences économiques et directeur du Centre de droit économique et du développement.

X