Le bon, la butte

Publié le 15/01/2019

Devanture du bistrot.

DR

Voici un bistrot créatif pour passer un bon moment : Le bon, la butte, à Paris, tout proche de Montmartre.

Dans ce restaurant, on ne se prend pas la tête, malgré une ouverture il y a à peine deux mois. L’équipe, composée de vrais épicuriens, entend vous faire passer un agréable moment en toute convivialité.

Avant d’arriver sur la Place du Tertre, l’adresse est en haut de la rue Lepic. Quatre compères – Domenico Desiderio Pinto en chef de salle, le chef David Polin, le sommelier Thibault Passinge et Raphaël Pierre – ont repris un ancien restaurant, leur souhait étant de revenir à la chaleur humaine des années 1950 où, sur la grande table d’hôtes de la mère Venet, artistes et artisans du quartier venaient se régaler d’un cassoulet et d’un godet de vin…

Nous avons opté pour une assiette légère de choux-fleur cru, cuit et assaisonné de vinaigrette (7 €). Toutefois, le foie gras maison au piment d’Espelette semblait délicieux (14 €). Haro sur l’agneau pour le plat principal, avec une selle bien tendre et rôtie dans son jus qui reposait sur une purée de céleri (22 €). Si vous aimez les plats traditionnels, pot-au-feu et poule au pot étaient à la carte de décembre (environ 18 €).

Le repas se conclut en douceur, avec une poire pochée au cassis sur un crémeux café et pastis, accompagnée d’une tuile au yuzu (9 €).

LPA 15 Jan. 2019, n° 141v5, p.16

Référence : LPA 15 Jan. 2019, n° 141v5, p.16

Plan
X