Métamorphoses de la responsabilité et contrat social

Publié le 30/06/2020

Pour gérer notre planète, il faut se mettre d’’accord sur des valeurs communes. S’appuyant sur ce constat, Pierre Calame a formé un réseau constitué de militants du monde entier, afin de produire un texte couvrant l’ensemble des défis communs. La responsabilité s’’impose alors comme concept fédérateur, parce qu’il est le corollaire de toute vie en communauté et à ce titre présent, sous des vocables divers, dans toutes les sociétés.

Après avoir décrit l’émergence de cette « déclaration universelle des responsabilités humaines » et ses principes généraux, Pierre Calame s’’attache aux conditions de mise en œuvre d’’une telle charte, en passant en revue les trois niveaux de la responsabilité : celui des choix individuels ; celui des normes collectives des milieux sociaux et professionnels ; celui enfin des systèmes juridiques, en montrant comment l’adoption d’une telle déclaration par l’ONU renouvellerait le droit international en frayant la voie à un « droit commun mondial ».

Pierre Calame, polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, a travaillé pendant vingt ans au ministère français de l’Équipement. Après un bref passage dans l’industrie, il a dirigé pendant vingt ans la fondation Charles Léopold Mayer, dont il est aujourd’hui président d’honneur.

À lire également

Référence : LPA 30 Juin. 2020, n° 154z6, p.2

Plan