Signes religieux et ordre public

Publié le 27/12/2018

Cet ouvrage a pour but de réfléchir à nouveau sur le phénomène du port du voile dans l’école publique, qui a occasionné le vote d’une loi en 2004. Depuis 1905, une partie du territoire français est en régime de séparation entre l’État et les cultes, mais l’ensemble du territoire national relève de la République française qui est également laïque depuis la constitution de 1946.

L’État est laïc, l’espace privé ne l’est pas ; mais les citoyens et les résidents de cet espace privé sont tenus, dans un espace commun au-delà d’un clivage privé/public, à un civisme de respect des consciences et de l’État laïc. Comment la loi de 2004 et ses suites ont-elles tenté d’assumer ces tensions entre diversité et civisme ? L’État est placé devant plusieurs défis, notamment de tenir ensemble la garantie des libertés publiques et les limites qu’imposent les nécessités de l’ordre public républicain.

Anne-Violaine Hardel est directrice du service juridique de la Conférence des évêques de France. Elle est spécialisée en droit canonique et en droit français des religions.

LPA 27 Déc. 2018, n° 141s0, p.2

Référence : LPA 27 Déc. 2018, n° 141s0, p.2

Plan
X