FLASH : E. Dupond-Moretti annonce un assouplissement des passerelles avocats-magistrats

Publié le 17/11/2022 - mis à jour le 17/11/2022 à 15H53

À l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire des CRFPA ce jeudi à Paris, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a évoqué les pistes de réforme de la formation professionnelle. 

FLASH : E. Dupond-Moretti annonce un assouplissement des passerelles avocats-magistrats
Eric Dupond-Moretti  (Photo : ©P. Cabaret)

Lors de son allocution ce jeudi devant les avocats rassemblés pour le cinquantième anniversaire des CRFPA, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a apporté des précisions concernant la future réforme de la formation de la profession.

Les travaux en cours avec la commission formation CNB (Conseil national des barreaux) portent, a-t-il rappelé notamment sur le statut de l’élève-avocat, la simplification du certificat de spécialisation ou encore la réforme de l’organisation et du financement des CRFPA. Une évolution lui tient particulièrement à coeur, c’est la création de référents chargés d’accompagner les élèves-avocats ou les jeunes diplômés. Il a qualifié le mentorat d’ « absolument indispensable ». Le ministre juge également  « primordial de s’assurer de la mise à jour des connaissances des avocats », et préconise que la formation continue devienne une condition d’exercice de la profession.

Enfin, s’agissant des passerelles, le président du CNB Jérôme Gavaudan venait de souligner dans son allocution le faible nombre d’avocats choisissant chaque année de devenir magistrats (20 en moyenne) pour dénoncer l’inadaptation du système actuel.

« C’est vrai que les passerelles sont trop étroites, nous sommes en train de les élargir parce que nous sommes convaincus que les passerelles doivent permettre la circulation, lui a répondu Éric Dupond-Moretti, je présenterai très prochainement les différentes mesures retenues des états généraux et il y aura un volet consacré à ces passerelles ». Le ministre a rappelé en effet que le gouvernement prévoyait l’embauche de 1 500 magistrats dans les années à venir, « il faut aller les chercher dans un vivier de techniciens et on pense bien sûr aux avocats ».  Le projet est en « cours de finalisation » a-t-il précisé.

Plan
X