FLASH : Le procureur de Meaux saisit la PJ de l’incendie des câbles SNCF

Publié le 24/01/2023 - mis à jour le 25/01/2023 à 15H02

Le trafic SNCF est totalement interrompu depuis ce matin entre la gare de Paris et l’Est de la France à cause de l’incendie volontaire de câbles à Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne). Le procureur de Meaux ouvre une enquête de flagrance confiée à la police judiciaire.

FLASH : Le procureur de Meaux saisit la PJ de l’incendie des câbles SNCF
Palais de justice de Meaux (Photo : ©I. Horlans)

 Ce mardi 24 janvier, à 4h35, le commissariat de Noisiel est informé qu’un boîtier électrique de la SNCF est en feu aux abords des voies empruntées chaque jour par des centaines de trains reliant la Gare de l’Est à Paris aux villes desservies jusqu’en Allemagne. En passant, bien sûr, par toutes les dessertes franciliennes situées à l’est de la capitale. Des milliers d’usagers restent donc bloqués à quai. La SNCF a annoncé en milieu de journée que les réparations s’étendraient peut-être au-delà de mardi.

Sur place, les policiers de Noisiel constatent que l’incendie s’est déclaré en milieu de nuit, vers 1h10, et que deux coffrets ont été ciblés. Le procureur de Meaux, Jean-Baptiste Bladier, précise que le premier, inséré dans le sol, abritait des câbles électriques et qu’il a fallu, pour y accéder, « retirer deux panneaux en béton condamnant l’accès à la trappe ». Le second boîtier, « accessible au moyen d’un tunnel situé sous les voies », a « fait l’objet de dégradations par incendie après que deux plaques d’accès à la trappe ont été, elles aussi, retirées et posées à même le sol ». En revanche, « aucune trace d’effraction du portillon d’accès aux voies » n’a été relevée. Il s’agit donc à l’évidence d’une intervention humaine malveillante, qui aurait pu causer un grave accident.

Le représentant du parquet meldois indique que « l’évaluation exacte des dégâts est en cours » par la SNCF, et que sont concernés la ligne LGV Est, le Transilien ligne P à destination de Meaux et Château-Thierry (Aisne) et les TER Grand est.

Monsieur Bladier a ordonné ce matin l’ouverture d’une enquête de flagrance du chef de « dégradation volontaire par incendie » et « mise en danger d’autrui ». Il a confié les investigations au service de police judiciaire de Meaux.

Plan
X