La philosophie du droit, un remède pour temps troublés ?

Publié le 15/05/2024

Les Éditions Boleine ont lancé officiellement la Revue de philosophie du droit le 25 avril dernier. Au rythme de deux numéros par an, elle se propose de raviver la réflexion autour du droit naturel, de la notion de juste, et des valeurs qui irriguent nos lois et règlements.

La philosophie du droit, un remède pour temps troublés ?

Fake news, post-vérité, guerres, déchainements médiatiques….L’actualité de plus en plus anxiogène impose de s’accorder le temps de la réflexion sur les évolutions de notre société, les changements de paradigmes et de valeurs. Le lancement par les  éditions Boleine d’une Revue de philosophie du droit répond à ce besoin de penser le droit et la justice de notre époque. Plus précisément, a expliqué son rédacteur en chef Pierre-Hugues Barré lors de la soirée de lancement le 25 avril dernier à la mairie du 7e arrondissement, il s’agit d’apporter « un regard complémentaire au positivisme juridique » en créant un espace de dialogue et de réflexion pour « défendre une approche finaliste du droit ». En clair, s’extraire de la seule prise en compte du droit positif pour s’interroger sur le sens de nos normes et la notion de juste.

La valeur des vérités partagées 

C’est ainsi que François Ost, membre de l’Académie royale de Belgique, propose dans le premier numéro de la revue  « Une philosophie du droit pour temps troublés ». Il s’agit par exemple de répondre au scepticisme à l’égard de l’objectivité par la démonstration de la valeur des vérités partagées ou bien encore de lutter contre les nouveaux dogmatismes en s’inspirant du modèle de la dialogique qui organise le rapprochement des points de vue.

On lira également dans ce premier numéro un « Petit éloge de la philosophie du droit » de Paolo Ferreira da Cunha, professeur de droit à l’Université de Porto et juge à la Cour suprême de Justice du Portugal, « Aristote au secours de l’obscurité des lois » d’Henri Torrione, professeur émérite à l’université de Fribourg, « La règle de l’équité » par Stéphane Bozon, professeur à l’université de Rome,  ou encore « La fondation du droit dans les travaux et les jours et l’Énéide », par Arnaud de Solminhiac, chargé d’enseignement à l’ICP.

Cette revue de 200 pages, qui proposera deux numéros par an, est placée sous l’autorité d’un comité scientifique dirigé par le professeur Sébastien Neuville*. Il comprend des universitaires et des praticiens, des privatistes et des publicistes, des auteurs français et internationaux, car l’ambition consiste à élargir la réflexion le plus possible en multipliant les regards et les approches.

Pour que chacun soit un acteur positif dans la cité

La revue a reçu le soutien de l’Académie des sciences morales et politiques, de l’Institut de recherche juridique de la Sorbonne et de l’Institut de droit privé de l’université de Toulouse. Elle est éditée par les éditions Boleine. Installée au 10 rue de Bourgogne, cette jeune maison, fondée en 2018, s’est fixée comme ligne éditoriale de rendre la culture accessible au plus grand nombre à travers la publication d’essais sur des sujets d’actualité, de société et de philosophie.  Avec un petit supplément d’âme : « notre objectif consiste à donner des éléments pour réfléchir afin que chacun soit un acteur positif dans la cité » confie la directrice des éditions, Bénédicte Bernard. Ainsi, parmi les titres les plus récents figurent « Épargner en vue du bien commun » par l’économiste Pierre de Lauzun, « Le temps de la féminité », d’Isabelle Muller, ou encore « Les infortunes contemporaines de la démocratie » par la philosophe Chantal Delsol.

La volonté de raviver la réflexion autour de la philosophie du droit se traduit également par l’organisation d’un colloque chaque année. En 2023, il s’est tenu à l’Institut de France sur le thème « Une philosophie pour le juriste – François Vallançon, disciple de Michel Villey». Cette année, il a lieu ce mercredi 15 mai à Oxford et porte sur « Liberté et droit naturel ».

La revue est vendue sur abonnement, mais disponible aussi au numéro, sur le site Internet de l’éditeur. N’hésitez pas à vous rendre au siège de Boleine, 41 rue de Bourgogne. Dans leur charmante librairie, agrémentée de confortables fauteuils, les éditrices se feront un plaisir de vous présenter leurs publications.

La philosophie du droit, un remède pour temps troublés ?
Lancement de la Revue de philosophie du droit le 29 avril à la Mairie du 7e arrondissement. De g.à d. : Pierre-Hugues Barré (rédacteur en chef), Arnaud de Solminhiac (comité de rédaction), Grégoire Belmont (directeur de publication), Sébastien Neuville (directeur scientifique), Bénédicte Bernard (directrice des éditions Boleine), Christophe Poisson (adjoint au Maire du 7e).

 

Revue de Philosophie du droit. Éditions Boleine. N°1/2024, 182 pages, 35 euros TTC l’unité.

*Sébastien Neuville est l’auteur du Précis de philosophie du droit – LGDJ 2021 – 39 euros.

 

 

Plan
X