Hauts-de-Seine (92)

Expert-comptable : « Le chef d’entreprise qui aide les chefs d’entreprise » !

Publié le 27/07/2022 - mis à jour le 27/07/2022 à 19H19

Souvent méconnu et méjugé, le métier d’expert-comptable n’en reste pas moins essentiel pour l’activité de n’importe quelle entreprise.  « L’accompagnement du chef d’entreprise s’est accentué durant la crise », rappelle d’ailleurs Virginie Roitman, experte-comptable à Montrouge (92) et présidente de l’Ordre des experts-comptables Paris Ile-de-France. Un avis que partage aussi Élodie Cassart, experte-comptable à Puteaux (92) et présidente de la commission Stage et prestation de serment de l’Ordre des experts-comptables Paris Ile-de-France, qui évoque un métier à contre-courant des idées reçues et intellectuellement « passionnant ».

Actu-Juridique : Quel est le rôle aujourd’hui d’un expert-comptable auprès d’une PME ?

Virginie Roitman : Un expert-comptable est le chef d’entreprise qui aide les chefs d’entreprise, c’est un véritable copilote qui aide les dirigeants, qu’il soit à la tête d’une grande entreprise ou d’une PME. Pour le directeur d’une PME, difficile de tout faire et le temps passé aux tâches comptables et financières l’empêche souvent de manager et de développer. L’expert-comptable est alors présent, à ses côtés, pour l’accompagner dans la performance de son entreprise.

Actu-Juridique : Votre activité au sein des entreprises a-t-elle changé depuis la crise sanitaire ? Les demandes des entreprises ont-elles évolué ?

Virginie Roitman : L’accompagnement du chef d’entreprise s’est accentué durant la crise. Les cabinets ont dû traduire les dispositifs gouvernementaux (activité partielle, PGE…), gérer les demandes d’aides publiques (aides coûts fixes, fonds de solidarité), soutenir leurs clients en difficultés et les aider dans la gestion de leurs salariés.

Élodie Cassart : Plus que la crise, c’est le manque de visibilité, de projection qui a mis à mal un certain nombre de nos chefs d’entreprise. Il nous a fallu rassurer et informer nos clients en leur expliquant les choses de manière pédagogique. Nous avons navigué entre les prêts garantis par l’État (PGE), les différentes aides Covid, les aides Urssaf, les prêts rebonds, les activités partielles… tout en gérant le quotidien. Nous avons été pour beaucoup indispensables parce que proches et disponibles pour nos clients.  Les moments difficiles sont en général source de rapprochement. C’est en cela que nos relations ont évolué et cette évolution a permis de faire comprendre à nos clients que nous pouvons réaliser pour eux bien plus que leur seule comptabilité.

Actu-Juridique : La numérisation de votre profession ne pousse-t-elle pas les entreprises à se passer de vos services ?  

Virginie Roitman : La numérisation n’est qu’un outil au service de la profession, la relation de proximité qui existe entre le chef d’entreprise et l’expert-comptable ne peut pas être remplacée par un robot comptable. L’expert-comptable est le chef d’orchestre et fait la synthèse de nombreux domaines techniques : finance, droit des affaires, stratégie, rémunération, etc.

Actu-Juridique : L’expertise-comptable souffre-t-elle d’un problème d’image et donc d’attractivité ?

Élodie Cassart : L’expertise-comptable souffre en effet d’une image austère où l’on imagine des personnes se concentrant uniquement sur des tableaux Excel dans des petits bureaux sombres, alors que c’est tout l’inverse ! C’est un métier relationnel où l’on rencontre quotidiennement des clients de toutes structures. Intellectuellement, c’est passionnant.

Concernant les étudiants, les écoles ne les forment malheureusement pas assez aux nouvelles missions (DAF, RSE, conseil, etc.) et se cantonnent souvent à la comptabilité pure, ce qui ne les motive pas et nous pouvons les comprendre.

Si les générations Y et Z recherchent un métier qui a du sens, de l’autonomie et une rémunération sympathique : ne cherchez pas plus loin, vous avez frappé à la bonne porte !

Actu-Juridique : Comment pouvez-vous inverser cette tendance ?

Élodie Cassart : En communiquant auprès des écoles et les jeunes des collèges et lycées pour faire connaître les métiers de demain. Le site unjobquicompte.fr permet ainsi de faire découvrir aux jeunes et aux moins jeunes la diversité et la richesse des métiers du chiffre.

Des « business games » sont organisés par les experts-comptables. Cela permet aux étudiants de développer leurs compétences, leur esprit entrepreneurial et surtout de leur faire prendre conscience qu’un expert-comptable est un véritable chef d’entreprise, et que ses missions vont au-delà de la comptabilité.

Pour celles et ceux qui sont déjà convaincus d’en faire leur métier, le site bbigger.fr permet de faire le lien entre les cabinets et les candidats déterminés à trouver l’emploi de leurs rêves. Concernant le recrutement, nous devons tous nous remettre en question. Un stagiaire, par exemple, doit faire partie prenante de nos projets si nous voulons qu’il continue à évoluer dans notre cabinet. L’image du stagiaire faisant le café et les photocopies, c’est fini !

Au sein de notre cabinet, nous avons clairement défini un processus de recrutement avec des critères assez précis basés sur la proximité géographique, l’appétence au respect de l’environnement et sur les activités autres que professionnelles. Le mot d’ordre est la recherche d’une véritable relation plus qu’un nouveau collaborateur. C’est à cette occasion que nous avons créé le manuel d’accueil du nouveau collaborateur, l’entretien au bout d’un mois de présence, le petit-déjeuner d’accueil… En parallèle, nous essayons de créer un environnement de travail agréable (thé, café, gâteaux, graines à disposition). Des déjeuners sont régulièrement organisés à l’extérieur le vendredi midi en général. Un moment de regroupement a lieu chaque trimestre. Cet évènement est organisé par les collaborateurs en fonction de leurs envies.

Virginie Roitman : Dans notre cabinet, un livret d’accueil est mis à disposition pour chaque nouveau collaborateur. Des séminaires annuels sont organisés afin de favoriser la cohésion d’équipe. Des formations à volonté sont mises à disposition pour que les collaborateurs progressent et fassent prospérer le cabinet. Les heures supplémentaires ne sont prévues ni le week-end ni en période fiscale. Nous souhaitons maintenir un véritable équilibre entre la vie professionnelle et privée de nos collaborateurs. Chez nous, on accueille, on forme et on rigole bien !

Actu-Juridique : Quelle est la place des femmes aujourd’hui dans le monde de l’expertise-comptable ?

Virginie Roitman : Les femmes ont entièrement leur place chez les experts-comptables. Tout est mis en œuvre pour qu’une femme ait les mêmes chances qu’un homme, nous en sommes les preuves vivantes.

Le secteur, si l’on prend en compte tous les salariés est majoritairement féminin, mais le nombre d’experts-comptables femmes à leur compte est encore trop faible, seulement 27 % des femmes sont inscrites au Tableau. Il y a encore beaucoup de travail pour que cette parité soit atteinte mais l’on observe une véritable féminisation de la profession, c’est bon signe !

En effet, 44 % des experts-comptables et 45 % des experts-comptables mémorialistes sont des femmes. Cette quasi-égalité tord le cou à l’image masculine de l’expertise comptable !

X