Les agents privés de sécurité

Publié le 20/11/2019

La sécurité privée n’est pas délocalisable. Elle constitue, au contraire, une industrie de main-d’œuvre composée de femmes et d’hommes dévoués à leur entreprise autant qu’au service de la collectivité. L’agent privé de sécurité présente plusieurs particularités. En exerçant une activité réglementée, l’agent n’est pas un salarié comme un autre.

Salarié, il se met au service d’une entreprise. Il s’inscrit, par voie de conséquence, dans une relation économique. Il se voit confier une prestation valorisable dont le succès ou l’échec aura un impact sur son employeur. Sur le fondement de son contrat de travail, il reçoit une rémunération dont la pérennité dépend de la bonne santé de l’entreprise.

Au service de la sécurité, l’agent sert un double intérêt. Le plus souvent, la prestation a une dimension privée (client privé et prestataire privé par exemple). Sous cet angle, il participe à la satisfaction d’un intérêt particulier. Dans cette hypothèse, mais plus encore lorsqu’il intervient en relation avec les forces publiques de sécurité, l’agent s’intègre dans un continuum de sécurité qui en fait un acteur à part entière de la satisfaction de l’intérêt général.

Sous la direction de Christophe Aubertin et Xavier Latour.

À lire également

Référence : LPA 20 Nov. 2019, n° 149n1, p.3

Plan