« Il faut inciter les femmes à oser »

Publié le 20/01/2017

Le 7 décembre dernier avait lieu la soirée de lancement du réseau online WoMum, créé par l’entrepreneure Audrey Ango pour aider les femmes à booster leur carrière et leur business. Une cinquantaine de femmes étaient présentes pour accueillir ce nouveau projet.

Une foule compacte de femmes se presse dans les locaux du Dojo Club, sur le boulevard Saint-Martin. C’est ce lieu élégant, aux abords de la place de la République, qu’Audrey Ango a choisi pour lancer la version « online » de son réseau WoMum, pensé pour mettre en relations des femmes entrepreneures. L’accueil est soigné, l’ambiance feutrée. Rien n’est laissé au hasard.

Si la plupart des participantes sont venues entre copines, quelques courageuses sont là en solo. Elles font connaissance autour d’un buffet de mini-carottes et de chips de légumes, s’enquièrent des projets des autres, discutent des vertus de l’auto-entreprenariat. « Le but de ces réseaux et de ces soirées, c’est surtout de nous mettre en relation, ce qui est important quand on travaille dans son coin. Cela va vous permettre aussi de trouver les bons interlocuteurs. Si vous avez besoin de conseils juridiques par exemple, vous trouverez un juriste dans le réseau », explique une jeune femme brune, souriante et dynamique, qui vient de lancer une entreprise de gym pour femmes enceintes.

En jupe noire, Audrey Ango semble prête pour aller au bal. Elle virevolte de groupe en groupe, veille à l’intégration de chacun. Cette soirée est sa soirée, l’accomplissement d’un long parcours commencé à la chambre de commerce et d’industrie de la Sarthe. « WoMum, c’est encourager les femmes à oser », lance-t-elle au micro pour résumer son projet, avant de céder la place à Ève Chegaray, animatrice et productrice de l’émission BFM Academy, invitée star de la soirée.

Cette journaliste bien connue par les entrepreneurs livre ses secrets pour pitcher efficacement un projet en dix minutes. « J’ai vu passer 5 000 projets de start-up. Je n’ai pas de dogme. Je vous propose une synthèse de ma pratique », explique-t-elle avant de rappeler les grandes règles d’une bonne communication : travailler son expression orale, annoncer son intention quand on prend la parole, relativiser les critiques… Le public est pendu à ses lèvres. « La BFM Academy, c’est un peu le Graal pour les entrepreneures. On rêve toutes devant les success story qu’on y découvre… », commente une jeune femme.

Dans cette assistance mélangée, les carrés Chanel côtoient les coiffures afro. Quelques mamans sont venues avec une poussette, d’autres, portant leur bébé en écharpe, dansent d’un pied sur l’autre sur leurs talons hauts. Quelques hommes se mêlent discrètement à cette foule féminine. Audrey Ango savoure le succès de sa soirée de lancement. Pour Les Petites Affiches, elle revient sur l’ambition et la spécificité de son réseau.

Les Petites Affiches – Comment est né le réseau WoMum ? –

LPA – En quoi consiste ce réseau et à qui s’adresse-t-il ? –

LPA – Quelles sont les spécificités de WoMum par rapport à d’autres réseaux concurrents ? –

LPA – Quelle est l’utilité de ce type de réseaux « féminins » ? –

LPA – Quelques hommes étaient présents à la soirée de lancement du réseau online. Quelle est leur place au sein de WoMum ? –

X