Rodin et Picasso

Publié le 30/11/2021

DR

Lorsque deux géants de l’art sont exposés ensemble, la découverte de leur approche plastique souvent assez proche s’avère passionnante. Rodin (1840-1917) et Picasso (1881-1973) ont marqué leur époque et demeurent des figures incontournables. Chacun d’eux a bouleversé la création, a ouvert la voie à la modernité.

Les musées Rodin et Picasso se sont unis pour présenter côte à côte des œuvres de ces deux génies ; ils proposent simultanément cette confrontation un peu inattendue et fort intéressante. Différents dans leur approche, des convergences existent dans leur travail ; c’est ce que permettent de découvrir ces expositions. Ces deux institutions offrent une relecture des œuvres d’un point de vue différent à travers sculptures, peintures, dessins, céramiques, 500 œuvres à lire avec un autre regard. Le musée Rodin évoque la crise de la représentation à l’aube du XXe siècle, tandis qu’au musée Picasso, l’accent est mis sur le processus de création des artistes.

La réputation de Rodin, son influence sont importantes dès la fin du XIXe siècle ; les jeunes sculpteurs découvrent une nouvelle manière de travailler, et si Picasso qui vient d’arriver à Paris se montre quelque peu perplexe vis-à-vis de cet engouement, il accroche cependant une reproduction du Penseur dans son atelier et ses sculptures révèlent peu à peu une certaine influence du Maître.

Musée Rodin

À la fin du XIXe siècle, le naturalisme est très prisé en sculpture notamment, la nature est pour les artistes sujet d’observation et d’admiration. Rodin souhaite s’évader de cette réalité ; loin de la copier, il révèle un expressionnisme et, comme l’artiste espagnol à son tour, il interroge l’art primitif. Ainsi découvre-t-il une nouvelle forme de création loin de toute convention. Deux œuvres majeures sont présentes : La Porte de l’Enfer et Guernica se font les témoins de la cruauté de la guerre, de la cruauté humaine, elles ne peuvent s’oublier. Plus paisible, la représentation du corps humain en mouvement ou au repos : Iris, messagère des dieux et La Nageuse possèdent des analogies dans la recherche d’une nouvelle expression. Rodin est évidemment plus lisible, mais le sens du mouvement est le même chez l’un et l’autre, ainsi que l’énergie et l’érotisme toujours présents ou sous-jacents avec, chez Picasso, des déformations. Désir, amour se retrouvent dans l’image de l’étreinte, en des représentations empruntées à la danse ou l’acrobatie. Un rapprochement certain de ces artistes apparaît dans cette exposition, où une évidence se fait jour : une certaine proximité entre ces deux fortes personnalités.

Musée national Picasso

Un autre volet de l’exposition est présenté ici ; il s’intéresse au processus créatif de ces artistes. En 1900, Rodin présente sa première rétrospective où sont exposés sculptures, peintures, dessins. Picasso la visite et sans doute va-t-elle le marquer. La création se conçoit dans l’atelier, l’un comme l’autre y effectue ses recherches plastiques, en particulier à partir de membres du corps humain reconstruits à leur gré. Deux lieux emblématiques sont évoqués : Meudon, où Rodin expérimente ses idées en terre ou en plâtre dans la tranquillité d’un environnement de verdure. Boisgeloup, un lieu tranquille dans le Midi où vit Picasso entre 1930 et 1936 et où il expérimente de nouvelles formes. Ces créateurs possèdent en commun le travail de la matière avec ses aspérités, ses accidents visibles sur la surface qui donnent à l’œuvre son relief. De même, ils aiment réaliser des séries afin d’approfondir leur réflexion, d’arriver à l’essentiel.

Qui mieux que Rodin a réalisé le portrait de Balzac, dans lequel sont perceptibles la force créatrice de ce maître de la littérature et la puissance expressive du sculpteur. Pour lui comme pour Picasso, l’espace est lié à l’œuvre. Ce génie a aussi inspiré l’artiste espagnol, qui a illustré quelques-unes de ses œuvres. Une section du parcours est consacrée au biomorphisme : « Formes inspirées de la vie ». Chez ces créateurs, la nature humaine est la source première de leur inspiration pour des compositions d’une grande vitalité. On ne peut nier les correspondances entre Le Penseur et Grande Baigneuse, où Picasso reprend, selon sa vision, l’attitude du personnage de Rodin en une construction inédite.

Sans conteste différentes, les œuvres se rapprochent, Rodin et Picasso ont bousculé les codes et apporté à l’art un souffle nouveau.

X