Alliance droit et santé : des formations pionnières à l’université Jean Monnet de Saint-Étienne

Publié le 15/06/2016

L’université Jean Monnet de Saint-Étienne propose un parcours de formation innovant, alliant droit et santé en anticipant les besoins du secteur de la santé. Ce nouveau diplôme permet aux étudiants d’obtenir un diplôme de droit permettant de s’orienter vers des métiers d’avenir dans le domaine de la santé.

L’université Jean Monnet (UJM) fait partie des cinq universités françaises à être pluridisciplinaires avec une composante « santé », et a été retenue par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour expérimenter une nouvelle voie d’accès aux études de médecine. Elle propose un nouveau parcours de droit « Affaires médicales », original et unique en France, porté par la Faculté de droit de Saint-Étienne. Ce parcours donnant lieu à la délivrance d’un diplôme de droit est fondé sur un partenariat avec la Faculté de médecine de Saint-Étienne.

Le secteur de la santé est en pleine croissance et reconstruction autour de nouveaux modèles médicaux, économiques et juridiques, qui constituent l’enjeu majeur des années à venir.

Pour répondre à ces nouveaux besoins de compétences, en adéquation avec les demandes des acteurs du monde de la santé, un parcours unique en son genre, dans l’offre de formation universitaire française et européenne, propose une ouverture complète du droit des affaires sur le monde de la santé en apportant aux étudiants à la fois les compétences d’un juriste et les connaissances du monde médical.

Les parcours sont fondés sur l’étude et les besoins des étudiants des filières en droit et médecine et sur l’analyse à court et moyen terme de l’évolution des métiers dans le monde de la santé. Ces formations innovantes et inédites répondent aux métiers de demain et offrent une réponse efficace en matière d’intégration professionnelle.

Le parcours est ouvert à tous les étudiants disposant d’une première année validée en droit, ou sur validation de la première année effectuée notamment en médecine, mais aussi dans une autre composante scientifique.

Ensuite, les étudiants titulaires de la L3 option « Affaires médicales » pourront poursuivre en Master 1 et 2 parcours « Affaires santé » en faculté de droit.

À lire également

Référence : LPA 15 Juin. 2016, n° 117k9, p.3

Plan
X