Lancement de MySMARTcab, « activateur de justice »

Publié le 24/06/2016

MySMARTcab.fr est la première plate-forme sécurisée qui servira de support aux actions collectives des citoyens.

— MySMARTcab, une nouvelle façon de défendre.

MySMARTcab se veut représentative d’une nouvelle génération d’avocats promouvant un nouveau rapport à la justice. Ils s’inscrivent dans une univers « SMART » : disponibles facilement, pédagogiques et accessibles. Les dossiers y seront gérés en temps réel et de manière interactive dans un espace privatif et confidentiel. Chaque consommateur requérant pourra prendre et obtenir des rendez-vous téléphoniques afin d’échanger avec l’avocat en charge de son dossier. Les coûts pour chaque requérant seront mutualisés sur un principe de dégressivité. La numérisation et la digitalisation des procédures permettront de réaliser des économies d’échelle qui sont répercutées sur le coût supporté par le client. C’est l’anti-uberisation de la profession. En effet, la mécanique mise en place permet d’offrir un service de qualité au plus grand nombre à un prix très compétitif.

— Un réseau d’avocats indépendants.

Me Christophe Lèguevaques, fondateur du cabinet, s’est fait connaître du grand public pour avoir défendu la mairie de Toulouse dans le dossier AZF. Au fil du temps, il a constitué un réseau d’avocats qui regroupe des professionnels indépendants associés.

— Les actions collectives.

Le principe d’action collective – qui se distingue de l’action de groupe instaurée par la loi Hamon de 2014 – s’inspire des class-actions anglo-saxonnes qui permettent à un groupe de personnes ayant un intérêt commun de se regrouper dans une action commune pour faire valoir leur droit ou indemniser leur préjudice individuel. Une action collective doit permettre aux consommateurs ou aux citoyens de s’organiser pour faire cesser des pratiques illégales, illégitimes…

— « Stop la Lombarde ! », première action collective.

Historiquement, l’année Lombarde fait référence aux banquiers italiens qui, pour calculer les intérêts, utilisaient une année de 360 jours. Aujourd’hui, la pratique persiste, alors que les textes de lois définissent l’année bancaire comme devant comporter 365 jours. En cas de recours, l’action pourrait rapporter gros aux particuliers. L’action collective « Stop la Lombarde ! » a pour objectif de réunir le maximum de clients concernés.

Pour participer à cette action collective, inscrivez-vous sur MySMARTcab avant le 15 septembre 2016.

À lire également

Référence : LPA 24 Juin. 2016, n° 118g3, p.2

Plan
X