Un nouveau diplôme en sciences criminelles

Publié le 09/11/2018

Ouvert aux étudiants, aux professionnels et à toutes celles et ceux qui s’intéressent aux sciences criminelles, ce nouveau diplôme d’université (DU) ouvrira en novembre. Son originalité : la formation est entièrement dématérialisée. Inscription en ligne avant le 1er juillet 2019.

Criminologie, médecine légale, droit pénal, police technique et scientifique… Les 150 heures au programme offrent « une approche multidisciplinaire du phénomène criminel, aussi bien historique que juridique, scientifique ou psychiatrique », résume Caroline Renaud-Duparc, maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’université d’Angers et directrice de l’Institut d’études judiciaires. 

« Il s’agit de donner les clés de compréhension du phénomène et de faciliter les futures interactions entre professionnels autour d’un dossier pénal », poursuit le coresponsable pédagogique du DU, Lionel Ascensi, ancien juge d’instruction, conseiller référendaire à la Cour de cassation et maître de conférences associé à l’UA. « Lorsque vous êtes magistrat, comprendre une expertise psychiatrique ne va pas de soi si vous n’avez pas un minimum de bases ».

La formation fait appel aux connaissances d’universitaires et aux compétences d’intervenants extérieurs de qualité : magistrats, experts, directeur de service pénitentiaire d’insertion et de probation, responsable de l’institut génétique Nantes Atlantique, connu pour ses analyses ADN.

Tous les cours seront accessibles via une plate-forme numérique, sous différentes formes (textes, vidéos, etc.) « À ma connaissance, c’est la première formation de ce type entièrement dématérialisée », note Lionel Ascensi.

La formation est conciliable avec les emplois du temps de professionnels en activité (magistrats, avocats, policiers, fonctionnaires de la protection judiciaire de la jeunesse, médecins…). Elle compte pour la formation continue des magistrats. Elle s’adresse aussi aux étudiants préparant les concours pour accéder à ces métiers.

Les candidatures de tous ceux qui s’intéressent au sujet dans un cadre professionnel, voire personnel, seront étudiées. Seule condition : être titulaire d’un diplôme Bac + 2. « On a par exemple reçu une demande d’un journaliste travaillant en Corse, indique Lionel Ascensi. C’est l’avantage du e-learning : il permet de diversifier les profils des apprenants et de s’adresser à des gens de toute la France ».

LPA 09 Nov. 2018, n° 139w8, p.2

Référence : LPA 09 Nov. 2018, n° 139w8, p.2

Plan
X